Arbrealettres

Poésie

ENFANCE (Aïgui)

Posted by arbrealettres sur 25 novembre 2016



 

Daniel F. Gerhartz - )

ENFANCE

L’eau jaune
près de l’étable
est lointaine froide a priori

et là-bas telles des baguettes de tambour
ne connaissent pas de fin
les alphabets des enfants sauvages :

ô Brin de Paille, ô Copeau, Bout de Verre
ô Vents Linéaires des Scythes,
et telle une bagarre de Mi-Carême dans les caves
Papier, Papier, Papier

ô moussaillons des brins de paille
ô lettres mouillées au bout des doigts !

ICI ET MAINTENANT CELA BLESSE ON DIRAIT
MAIS MOI SEUL, ET NON VOUS !
BLESSE — A TRAVERS LES TABLEAUX ET LES ROBES
ET A TRAVERS LES GRIFFES DES OISEAUX !

Les sabots des vaches sont éclatants incroyables
quelque chose de l’entrée dans le golfe
quelque chose du bal,

et d’un seul coup comme des rails qui cognent
éclatants vastes implacables
les acolytes qui nous étreignent —
mains, soeurs, cous, mères !

nous nous déchaînerons de nouveau, nous nous déchaînerons
de nouveau nous nous endormirons et passerons
ni hier, ni aujourd’hui, ni demain, ai-ai-ai-ain ! —

A TRAVERS LES CRIS DES ENFANTS,
A TRAVERS LES LETTRES MOUILLÉES,
A TRAVERS LES TABLEAUX ET LES ROBES
ET A TRAVERS LES GRIFFES DES OISEAUX !

(Aïgui)

Illustration: Daniel F. Gerhartz

 

 

Qu'est-ce que ça vous inspire ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :