Arbrealettres

Poésie

Tout à coup cela frappe au visage (Aïgui)

Posted by arbrealettres sur 25 novembre 2016



Jean Charles Nicaise Perrin  -tete-de-jeune-femme-morte-n-7230539-0

 

— tout à coup cela frappe au visage : il y avait pourtant une autre main

blanche — sur la rambarde rouge du balcon
près des azalées

/ elle a tressailli tout à coup et disparu
et le monde
s’est fait — point vrillant sur le front :

oh : cela est
la première concentration de la peur… —

et cependant il ne fut pas crié « maman » / … —

[…]

comme un Dieu qui s’est arrêté
/ plus jamais
il n’y aura rien d’autre — d’autre
que Son Arrêt / —

(Aïgui)

Illustration: Jean Charles Nicaise Perrin

 

 

Qu'est-ce que ça vous inspire ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :