Arbrealettres

Poésie

Pour peu qu’on soit un rien distrait (Georges Perros)

Posted by arbrealettres sur 30 novembre 2016



Pour peu qu’on soit un rien distrait,
la journée passe comme une lettre à la poste.
Et nous nous retrouvons dans la position horizontale
sans avoir eu le temps de dire ouf.
Il suffirait de se voir passer ainsi du jour à la nuit,
dans un mouvement de bascule accélérée,
pour comprendre un peu plus nettement
ce qui rend notre condition incompréhensible.

(Georges Perros)

 

 

Qu'est-ce que ça vous inspire ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :