Arbrealettres

Poésie

Archive for 1 décembre 2016

La Soif impérieuse (Renée Vivien)

Posted by arbrealettres sur 1 décembre 2016



La Soif impérieuse

J’ÉTAIS hier la voyageuse solitaire.
J’allais, portant au coeur une âpre anxiété…
J’avais besoin de toi comme d’un flot d’été,
D’un flot purifiant où l’on se désaltère.

Aujourd’hui, mon silence a des bonheurs pensifs.
O très chère ! et mon âme est une coupe pleine,
Le monde est beau comme uni verger de Mytilène :
Je ne crains plus le soir qui pleure sous les ifs.

J’avais besoin de toi comme d’une eau courante
Que l’on écoute et qui berce votre chagrin
Dans un ruissellement musical et serein…
J’entendis ta voix claire ainsi qu’une eau qui chante.

Ta voix coulait, murmure et cadence à la fois,
Chère, et ce fut dans mon être le bleu nocturne,
Et je sentis alors mon chagrin taciturne
S’attendrir… J’écoutais l’eau pure de ta voix.

Depuis lors, la lourdeur des blancs midis m’enchante,
Et ma soif ne craint plus le soleil irrité…
J’avais besoin de toi comme d’un flot d’été,
J’avais besoin de toi comme d’une eau qui chante…

(Renée Vivien)

Illustration: Paul Chabas

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

La réalité est un secret (J.M.G. Le Clézio)

Posted by arbrealettres sur 1 décembre 2016



La réalité est un secret,
c’est en rêvant qu’on est près du monde.

(J.M.G. Le Clézio)


Illustration: Josephine Wall

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , | 4 Comments »

Les appels pressants (Richard Wright)

Posted by arbrealettres sur 1 décembre 2016



pavot [1280x768]

Les appels pressants,
Sous les fils de fer brûlants,
Des pavots en fleur.

***

Below hot wires
Throbbing with urgent appeals,
Poppies are blooming.

(Richard Wright)

Illustration

 

Posted in haïku, poésie | Tagué: , , , , , , | Leave a Comment »

Le vent se lève, les vagues grondent (Nakahara Chūya)

Posted by arbrealettres sur 1 décembre 2016



 

Le vent se lève, les vagues grondent
et devant l’infini j’agite les bras

**

Mais ce que je cherche
je ne sais ce que c’est,
et ne l’ai jamais su.

**

Au moins ai-je vu là-bas caché dans le soleil du soir
quelque chose de faible et d’intense comme le sifflet d’un train
pourtant je ne courrai pas
car c’est ici qu’il faut attendre

**

Pour peu que vers le soir, minuscule sous le vaste ciel,
je puisse sentir le monde, je n’aurais alors aucun sujet
de me plaindre

**

Je me trouvais aux confins de ce monde.
[…]
Quelque chose d’à peine concevable m’enflammait,
j’avais beau n’avoir aucun but,
l’espoir dans ma poitrine battait la chamade.

**

Pour toi il est mieux de prendre le chemin du retour
Et d’écouter tranquillement les murmures de ton coeur.

(Nakahara Chūya)

Illustration: George Pyatigoret

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Mon coeur cette pierre qui pèse en moi (Hector de Saint-Denys Garneau)

Posted by arbrealettres sur 1 décembre 2016



Mon coeur cette pierre qui pèse en moi
Mon coeur pétrifié par ce stérile arrêt
Et regard retourné vers les feux de la ville
Et l’envie attardée aux cendres des regrets
Et les regrets perdus vers les pays possibles

Ramène ton manteau, pèlerin sans espoir
Ramène ton manteau contre tes os
Rabats tes bras épars de bonheurs désertés

Ramène le manteau de ta pauvreté contre tes os
Et la grappe séchée de ton coeur pour noyau
Laisse un autre à présent en attendrir la peau

Quitte le monticule impossible au milieu
D’un pays dérisoire et dont tu fis le lieu
De l’affût au secret à surprendre de nuit
Au secret d’un mirage où déserter l’ennui.

(Hector de Saint-Denys Garneau)

Illustration

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Humble fleur (Ping Hsin)

Posted by arbrealettres sur 1 décembre 2016



Humble fleur dressée au creux d’un mur
Ton bonheur d’être toi-même
Te suffit
pour être au centre de l’univers

(Ping Hsin)

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , | 11 Comments »

Le vrai soleil (Nancy Huston)

Posted by arbrealettres sur 1 décembre 2016



le vrai soleil
est intérieur

les femmes le savent

(Nancy Huston)


Illustration: Gil.G.

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , | 2 Comments »

J’avance en âge (Georges Perros)

Posted by arbrealettres sur 1 décembre 2016



J’avance en âge mais vraiment
je recule en toute autre chose
et si l’enfance a pris du temps
à trouver place en moi je pense
voilà qui est fait et je suis
devenu susceptible au point
qu’on peut me faire pleurer rien
qu’en me prenant la main Je traîne
en moi ne sais quelle santé
plus prompte que la maladie
à me faire sentir la mort
Tout m’émeut comme si j’allais
disparaître dans le moment
Ce n’est pas toujours amusant.

(Georges Perros)

Illustration

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Anecdotique je le suis (Georges Perros)

Posted by arbrealettres sur 1 décembre 2016



georges_perros [800x600]

Anecdotique je le suis
Merci de me le faire entendre
Mais si vous saviez comme amuse
le vers qui prend n’importe quoi
dans sa délirante salive
L’itinéraire qu’il me faut
c’est le sien Je suis, sans valise,
sa trace au fil de mon plaisir
et si ce que je pense y passe
tant pis tant mieux ce n’est rien que
pour me distraire un peu Si lasse
est parfois ma rame de cœur
que même la mer y renonce
Elle ne bat plus pour personne
pour moi moins encor et pourtant
le vers va toujours Je persiste
à ne le croire tout à fait
et le voilà qui recommence
Où irons-nous donc aujourd’hui ?

Mon vers est lièvre il est tortue
Furet ici escargot là
il court et dérape souvent
car la vie est peau de banane
et c’est elle qui cherche allant
au gré de sa buissonnerie
Ainsi marche-t-il sur les mines
et saute saute pauvre enfant.

(Georges Perros)

Découvert ici: http://laboucheaoreilles.wordpress.com/

 

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Certains disent très courageux j’aurais mon heure (Georges Perros)

Posted by arbrealettres sur 1 décembre 2016



Georges Perros l [800x600]

Certains disent très courageux
j’aurais mon heure C’est à peine
si je m’espère une seconde
dans le grenier de mon prochain
Je n’en suis pas le moins du monde
amer ou triste ou malheureux
Mourir de même ne me semble
ni injuste ni ténébreux
Je ne suis pas né pour me plaire
mon état de vie c’est la guerre
qu’un jour je me suis déclaré
et ce passage entre les cieux
et ce qu’on appelle la terre
me ferait plutôt l’effet d’être
comme un cadeau non dénué
de l’humour le moins contestable
Connaissons-en la vanité
et jouissons du grain de sable
blé de la mer qui le travaille.

(Georges Perros)

 

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | 1 Comment »

 
%d blogueurs aiment cette page :