Arbrealettres

Poésie

Ta langue (Guillaume Apollinaire)

Posted by arbrealettres sur 4 décembre 2016



Ta langue
Le poisson rouge dans le bocal
De ta voix

(Guillaume Apollinaire)

 

 

2 Réponses to “Ta langue (Guillaume Apollinaire)”

  1. Sylvain FOULQUIER said

    Ces trois vers (extraits du poème « Fusée-signal » ) forment un merveilleux haïku surréaliste. La langue (qui désigne à la fois l’organe de la bouche et la langue française, anglaise, ou italienne etc…) est un poisson rouge, et le bocal est comparé au son cristallin de la voix douce comme l’eau.

    Ces trois vers ont souvent cités comme modèle inspirant par les poètes surréalistes (Breton, Eluard, Soupault…).

Qu'est-ce que ça vous inspire ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :