Arbrealettres

Poésie

La rue de l’enfance a déménagé (Carlos Drummond de Andrade)

Posted by arbrealettres sur 6 décembre 2016



La rue de l’enfance a déménagé.
Et la robe rouge
rouge
couvre la nudité de l’amour,
à la belle étoile, dans le vallon.

D’obscurs symboles se multiplient.
Guerre, vérité, fleurs?
Des laboratoires platoniques mobilisés
vient un souffle qui brûle les visages
et dissipe, sur la plage, les mots.

L’obscurité s’étend mais n’élimine pas
le succédané de l’étoile dans nos mains.
Comme de nous-mêmes brillent certaines parties! Ce sont ongles,
bagues, perles, cigarettes, lampes,
ce sont des parties plus intimes,
pulsation, halètement,
et l’air de la nuit fournit le strict nécessaire
pour continuer, et nous continuons.

(Carlos Drummond de Andrade)

Qu'est-ce que ça vous inspire ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :