Arbrealettres

Poésie

Merci (Carlos Drummond de Andrade)

Posted by arbrealettres sur 6 décembre 2016



Merci

À ceux qui me font place dans le tramway
quand je ne sais d’où je les connais,

à ceux qui me disent adieu gentiment,
sans que je connaisse leur nom seulement,

à ceux qui me traitent de député
quand je ne suis pas même juré,

à ceux qui par bonté me bavent du: maître!
même quand ce que j’écris est piètre,

à ceux qui cousin germain me croient
du roi de la fève ou du maharajah,

à ceux qui m’imaginent riche à millions
quand je touche une augmentation

—et à ceux qui me refusent tout compliment
sans avancer le moindre argument,

à ceux qui ne savent pas que j’existe,
même lorsque je les assiste,

à ceux qui me font tête rébarbative
en tendresse avare et maladive,

à ceux qui d’ultrabéotisme taxaient
ma prétention d’avoir des ancêtres écossais,

à ceux qui vomissent (sic) mes poèmes,
dans les plus simples décelant des problèmes,

à ceux qui, si plus pauvre ils me voyaient,
un chiffon et un sou me refuseraient,

—j’adresse humblement mes remerciements
pour ces gestes divers et dissemblants,

grâce auxquels, sans crier gare,
tout comme la fumée des cigares,

tantôt je monte au firmament, tantôt terrestre je redeviens,
car tout et rien ne sont rien de rien.

(Carlos Drummond de Andrade)

Qu'est-ce que ça vous inspire ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :