Arbrealettres

Poésie

Nous sommes le paysage du paysage (Carlos Drummond de Andrade)

Posted by arbrealettres sur 6 décembre 2016



Ouvrir un portail. Il grince. Indifférent.
Une vache-silence. Je ne la regarde même pas.
Un jour ce silence-vache, ce grincement
battront en moi, parfaits,
existant de face,
de dos, de profil,
absolument tangibles. Quelqu’un demande à côté:
qu’est-ce que tu as?
Et je n’ai rien
hormis le bruit-portail, la vache silencieuse.

Paysage, pays
fait de pensée du paysage,
dans la créative distance espacetemps,
en marge des gravures, des documents,
lorsque les choses existent avec violence
plus que nous n’existons: elles nous peuplent
et nous regardent, nous fixent. Contemplés,
soumis, d’elles nous sommes la pâture,
nous sommes le paysage du paysage.

(Carlos Drummond de Andrade)


Illustration: ArbreaPhotos

2 Réponses vers “Nous sommes le paysage du paysage (Carlos Drummond de Andrade)”

  1. Sophie said

    Sauf que ta vache, avec sa cloche au cou, n’est pas très silencieuse… Lol !

Qu'est-ce que ça vous inspire ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :