Arbrealettres

Poésie

Ouvroir irrité (Carlos Drummond de Andrade)

Posted by arbrealettres sur 6 décembre 2016



Ouvroir irrité

Je veux composer un sonnet qui soit dur
comme nul poète en n’oserait écrire.
Un sonnet je veux peindre qui soit obscur,
qui soit sec, confiné, difficile à lire.

Et je veux que mon sonnet, dans l’avenir,
n’éveille en quiconque le moindre plaisir.
Et que dans son air immature et méchant,
il sache être et n’être pas en même temps.

Ce verbe mien antipathique et impur
devra déranger, devra faire souffrir,
tendon de Vénus dessous le pédicure.

Personne ne s’en souviendra: tir perdu,
chien pissant sur le chaos, pendant qu’Arctus,
énigme claire, se laisse découvrir.

(Carlos Drummond de Andrade)

Illustration

Qu'est-ce que ça vous inspire ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :