Arbrealettres

Poésie

Victoire (Carlos Drummond de Andrade)

Posted by arbrealettres sur 6 décembre 2016



Victoire

I
Comme si je voulais
abattre en soufflant une tour de fer.
Comme si j’espérais
entrer dans ses yeux et me sourire.
Comme si j’éprouvais
pour moi l’amour qu’elle n’éprouve pas
et que j’étais elle en train de l’éprouver, à mesure
que mon visage se montrerait aimé.
Six mois d’une telle bataille perdue sans avoir commencé.

II
Non, cet amour n’a pas de sens.
Mon cœur bat le pavé.
Le pavé, en ne répondant pas,
avive mon amour.
Non, cet amour n’a pas de sens.
Six mois enfin révolus
je mérite d’atteindre la bouche
souriante-négative
qui dansonne dans ma poitrine.
Ce fut dans ce couloir.
Ce soir-là. En cette
minute-là sans aucune fleur
entre des panneaux bureaucratiques
de parfait désamour.
Fut-ce concession à la fatigue?
Récompense au mérite?
Allez savoir. L’amour
s’est enivré du baiser
que je lui ai donné et que je me suis donné
sur sa bouche glaciale.
Ce fut rien. Ce fut tout?

(Carlos Drummond de Andrade)


Illustration: Albert Edelfelt

Qu'est-ce que ça vous inspire ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :