Arbrealettres

Poésie

L’amour parfois se tronque comme un membre amputé (Roberto Juarroz)

Posted by arbrealettres sur 10 décembre 2016



L’amour parfois se tronque
comme un membre amputé,
mais le vide continue de faire ses gestes,
que quelqu’un peut-être recevra.

Bien que l’amour s’en aille,
le mouvement d’aimer ne cesse de se tendre.
C’est pourquoi il n’est pas surprenant
que si l’amour revient
ses gestes s’entremêlent
avec les gestes antérieurs.
Et qu’apparaissent des amours
qui errent de par le monde
avec des gestes doubles,
des amours qui semblent deux amours.

Il n’est pas rare, de la sorte,
que nous confondions un amour avec un autre,
jusqu’à aimer celui qui n’est plus
à la place de celui qui est.

(Roberto Juarroz)


Illustration: Johann Heinrich Füssli

Qu'est-ce que ça vous inspire ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :