Arbrealettres

Poésie

Inconséquence (Albert Lozeau)

Posted by arbrealettres sur 14 décembre 2016



Inconséquence

Ah ! pourquoi donc les yeux, si ce n’est pour pleurer ;
Et le cœur, pour aimer jusques à la souffrance ;
Et la chair, pour saigner et pourrir ; et l’enfance,
Pour vieillir ; et l’espoir pour se désespérer !

Pourquoi surtout, pourquoi le mensonge du rêve,
Quand on gémit captif de la réalité,
Si ce n’est pour en être à toute heure hanté,
Pour en apprendre aussi l’inanité, sans trêve !
Tout ce qui semble bon, à l’essai nous trahit.
L’illusion nous rit : c’est par elle qu’on souffre !
Si nous nous élevons, en bas s’ouvre le gouffre
Que nous creuse la fuite à mesure qu’on fuit !

Et nous tombons toujours comme fait un homme ivre,
Toujours désespérés, mais fiers d’être debout !
Car nous nous relevons sans cesse, et jusqu’au bout
Nous maudissons la vie, heureux de toujours vivre !

(Albert Lozeau)


Illustration: Andrew Murray

 

 

4 Réponses to “Inconséquence (Albert Lozeau)”

  1. Luciole said

    « Nous maudissons la vie, heureux de toujours vivre ! »
    Un peu désenchanté mais si beau et »fiers d’être debout ! »

Qu'est-ce que ça vous inspire ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :