Arbrealettres

Poésie

Plein ciel (Jules Supervielle)

Posted by arbrealettres sur 16 décembre 2016



 

Plein ciel

Au milieu d’un nuage,
Au-dessus de la mer,
Un visage de femme
Regarde l’étendue,
Et les oiseau-poissons
Fréquentant ces parages
Portent l’écume aux nues.

(Je connais cette femme
Où l’ai-je déjà vue ?)

Les chiens du ciel aboient
Dans un lointain sans terres,
Ce sont bêtes sans chair
Qui ne connaissent pas
Cette dame étrangère,
Et donnent de la voix
Avec leur âme austère.

(Elle a deux yeux si noirs
Que je les cherche en moi.)

Silence tout à coup.
Visages dans les mains
Vont les sphères célestes
Qui retiennent leur souffle
Pour que ce chant modeste
Se fraye comme il faut
Son chemin jusqu’en haut.

(Et voici qu’elle a pris
Sa tête entre ses mains.)

(Jules Supervielle)

Illustration: Maxfield Parrish

 

4 Réponses to “Plein ciel (Jules Supervielle)”

  1. A reblogué ceci sur Maître Renard.

  2. Luciole said

    Sa tête à elle ou celle du poète?

Qu'est-ce que ça vous inspire ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :