Arbrealettres

Poésie

Dans les livres, il y a quelque chose de divin (Henri Michaux)

Posted by arbrealettres sur 18 décembre 2016



 

Les choses sont une façade,une croûte.Dieu seul est.
Mais dans les livres, il y a quelque chose de divin.

Le monde est mystère,les choses évidentes sont mystère,
les pierres et les végétaux.

Mais dans les livres peut-être y a-t-il une explication, une clef.
Les choses sont dures, la matière,les gens,les gens sont durs,et inamovibles.

Le livre est souple, il est dégagé. Il n’est pas une croûte.Il émane.
Le plus sale, le plus épais émane. Il est pur. Il est d’âme. Il est divin.

De plus il s’abandonne.

… Dans les livres, il cherche la révélation.
Il les parcourt en flèche.
Tout à coup, grand bonheur, une phrase … un incident… un je ne sais quoi,
il y a là quelque chose…

Alors il se met à léviter vers ce quelque chose avec le plus qu’il peut de lui-même,
parfois s’y accole d’un coup comme le fer à l’aimant.
Il y appelle ses autres notions « venez, venez ».

Il est là quelque temps dans les tourbillons et les serpentins et dans une clarté, qui dit
« c’est là ».

Après quelque intervalle, toutefois, par morceaux, petit à petit,
le voilà qui se détache, retombe un peu, beaucoup, mais jamais si bas que là où il était précédemment.
Il a gagné quelque chose. Il s’est fait un peu supérieur à lui-même.

Il a toujours pensé qu’une idée de plus n’est pas une addition.
Non, un désordre ivre, une perte de sang-froid, une fusée, ensuite une ascension générale.
Les livres lui ont donné quelques révélations.

En voici une :
Les atomes. Les atomes, petits dieux.
Le monde n’est pas une façade, une apparence.
II est : Ils sont, Ils sont, les innombrables petits dieux, ils rayonnent.
Mouvement infini, infiniment prolongé.

(Henri Michaux)

 

 

7 Réponses to “Dans les livres, il y a quelque chose de divin (Henri Michaux)”

  1. Lara said

    Le monde n’est pas une façade, une apparence.
    II est

  2. arbrealettres said

    étonnant quand on y pense cet « éité » (ça existe??)
    l’imaginaire et même le Vide ou l’inexistant sont-ils ?
    Etre (sans le « ou » de Sheakespeare) est la question??

  3. Lara said

    Mais Hamlet devait ainsi choisir entre rester dans l’être du monde ou le renier en se suicidant
    Etre ou ne pas être .On ne peut pas choisir le vide .La mort est le contraire d’être .Oui?

    • arbrealettres said

      aucune idée!! 😉 l’être meurt-il ? toutes ces particules qui nous constituent ne conservent-elles pas une « mémoire »?
      Qu’est-ce que la conscience ? La mort est-elle la fin de celle-ci ? Je ne sais pas ce qu’est la mort je te le dirai un jour lol!

  4. Luciole said

    Etre ou/et exister?

    • arbrealettres said

      La quête du Sens, de la Rencontre avec une Vérité qui nous délivrerait de notre solitude …
      « Tout à coup, grand bonheur, une phrase … un incident… un je ne sais quoi,
      il y a là quelque chose… »

  5. A reblogué ceci sur Maître Renard.

Qu'est-ce que ça vous inspire ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :