Arbrealettres

Poésie

Archive for 21 décembre 2016

PÉNÉLOPE (Sophia de Mello Breyner Andresen)

Posted by arbrealettres sur 21 décembre 2016



PÉNÉLOPE

je défais pendant la nuit les mailles du chemin.
Je n’ai point tissé la vérité,
Mais le temps, pour remplir ce temps si mort.
Et chaque jour je m’éloigne et chaque nuit je me rapproche.

***

PENÉLOPE

Desfaço durante a noite o meu caminho.
Tudo quanto teci não é verdade,
Mas tempo, para ocupar o tempo morto,
E cada dia me afasto et cada noite me aproximo.

(Sophia de Mello Breyner Andresen)

 

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

POÈME DE GÉOMÉTRIE… (Sophia de Mello Breyner Andresen)

Posted by arbrealettres sur 21 décembre 2016



POÈME DE GÉOMÉTRIE…

Poème de géométrie et de silence
Angles aigus et lisses
Le blanc vit entre deux lignes.

***

POEMA DE GEOMETRIA…

Poema de geometria e de silêncio
Ângulos agudos e lisos
Entre duas linhas vive o branco

(Sophia de Mello Breyner Andresen)


Illustration

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , | Leave a Comment »

TABLEAU VERT… (Sophia de Mello Breyner Andresen)

Posted by arbrealettres sur 21 décembre 2016



TABLEAU VERT…

Tableau vert, poissons de la pénombre,
Double poids du corps du vide,
Un geste rompt les noeuds du froid.

***

O QUADRO VERDE..

O quadro verde, os peixes da penumbra
Peso duplo do coreo do vazio
Gesto dilacerando os nós dofrio.

(Sophia de Mello Breyner Andresen)

Illustration: Josephine Wall

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , | 4 Comments »

SUR LA PLAGE DORMENT.. (Sophia de Mello Breyner Andresen)

Posted by arbrealettres sur 21 décembre 2016



 bateaux-de-peche-800x600

 

SUR LA PLAGE DORMENT..

Sur la plage dorment les bateaux des pêcheurs
Immobiles mais ouvrant
Leurs yeux de statue.

Et la courbe de leur bec
Ronge la solitude.

***

DORMEM NA PRAIA…

Dormem na praia os barcos pescadores
Imóveis mas abrindo
Os seus olhos de estátua

E a curva do seu hico
Rói a solidão.

(Sophia de Mello Breyner Andresen)

 Illustration

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

LES PINS GÉMISSENT… (Sophia de Mello Breyner Andresen)

Posted by arbrealettres sur 21 décembre 2016



LES PINS GÉMISSENT…

Les pins gémissent lorsque le vent passe
Le soleil frappe le sol et les pierres brûlent.

Dans le lointain marchent les dieux fantastiques de la mer
Blancs de sel et brillants comme des poissons.

Soudain des oiseaux sauvages,
Jetés contre la lumière comme des pavés,

Montent et meurent verticalement dans le ciel
Et leurs corps sont happés par les espaces.

Les vagues chargent en brisant contre la lumière
Leur front orné de colonnes.

Et une très ancienne nostalgie d’être mât
Se balance entre les pins.

***

OS PINHEIROS GEMEM…

Os pinheiros gemem quando passa o vento
O sol bate no chao e as pedras ardem.

Longe caminham os deuses fantásticos do mar
Brancos de sal e brilhantes como peixes.

Pássaros selvagens de repente,
Atirados contra a luz como pedradas,

Sobem e morrem no céu verticalmente
E o seu corpo é tornado nos espaços.

As ondas marrara quebrando contra a luz
A sua fronte ornada de colunas.

E uma antiquíssima nostalgia de ser mastro
Baloiça nos pinheiros.

(Sophia de Mello Breyner Andresen)

 

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

LOIN ET NETS… (Sophia de Mello Breyner Andresen)

Posted by arbrealettres sur 21 décembre 2016



LOIN ET NETS…

Loin et nets cheminent les chemins
D’une aventure perdue.
Proche la brise
S’ouvre dans l’air.

C’est le bleu et le vert et la fraîcheur d’un âge
Mort et qui pourtant revient
Avec ses clairs chevaux de cristal
Qui vont s’écraser contre l’horizon.

***

LONGE E NÍTIDOS…

Longe e nítidos caminham os caminhos
Duma aventura perdida.
Próxima a brisa
Abre-se no ar.

É o azul e o verde e o fresco duma idade
Morta mas que regressa
Com os seus claros cavalos de cristal
Que se viro esbarrar no horizonte.

(Sophia de Mello Breyner Andresen)

Illustration

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Ciel nocturne peuple d’étincelles (Jean-Pierre Luminet)

Posted by arbrealettres sur 21 décembre 2016



Ciel nocturne
peuple d’étincelles
ta nuit est une mer sans rivages dont les jours sont des îles.
Il y a des portions de firmament
vides d’étoiles et d’un noir absolu
Certains y voient de simples déchirures
entre les amas stellaires
D’autres navigateurs prétendent que ces masses d’ombre
frappent d’aveuglement ceux qui les regardent

(Jean-Pierre Luminet)

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | 6 Comments »

La douceur de la danse est passée (Jean-Pierre Luminet)

Posted by arbrealettres sur 21 décembre 2016




La douceur de la danse est passée.

Danse silencieuse
Ivresse du mouvement circulaire, légèrement embarrassée par les irrégularités célestes.
Le moins chaud tourne autour du plus chaud, à juste distance.

L’apanage des êtres vivants est le mouvement volontaire Et l’irruption est un bris de clôture.

L’espace est plein comme une petite chambre.
Aussi loin qu’il porte, nous trouvons des soleils
et toute sensation excitée, les membres de nos corps animaux
se mouvant le long des filaments solides de nos nerfs…

Ces rapprochements sans heurts, ces noeuds dénoués, cette confusion aussitôt démêlée…
d’autres glissements se produisent
et nos nuits rayonnent d’une splendeur inconnue

Ce qui semble noir, muet, se comble de son et de clarté.
La lumière forme avec tes mèches des rets infinis, qui lient toutes
les parties de mon univers et les désirs en sont les noeuds.

Riche en corps noirs invisibles, feutrée de nébuleuses obscures qui
absorbent l’excès de mes rayons
ta ténèbre est féconde
Son eau noire, du sépulcre dissous
vagues lourdes et suffocantes
corps plus pâle que tous les ors imaginables

Le vide est un creux psychologique

Unité indéfiniment rompue par une dispersion nouvelle.
Était- ce un soleil de feu ? Non, un globe obscur, terraqué
mais environné d’un éther raffiné

Le corps est donc obscur.
Pour une raison logique les petits corps obscurs tournent autour des étoiles.
Voilà ce qui détermine les courbes et les formes

L’attraction n’est pas une loi d’amour: c’est une chaîne.
Rotation, perpétuel recommencement

La lumière visible elle aussi est un trou
une faille
une diminution de quelque chose d’autre.

Et moi si joyeusement accueilli par ces gemmes de lumière vivante
qui forment couronne autour de toi

demeure un étranger dans ton espace.

(Jean-Pierre Luminet)

Interview de Jean-Pierre Luminet Astrophysicien et Poète

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | 2 Comments »

Perspective (Jean-Pierre Luminet)

Posted by arbrealettres sur 21 décembre 2016



Perspective

Ma seule perspective
Une sorte d’harmonie entre moi et la douleur

(Jean-Pierre Luminet)


Illustration: Gilbert Garcin

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , | Leave a Comment »

Voyez l’appétit féroce des comètes brochets (Jean-Pierre Luminet)

Posted by arbrealettres sur 21 décembre 2016



Voyez l’appétit féroce des comètes
brochets poursuivant le menu fretin
moustiques hallucinants tout parés de
trompes et d’aigrettes
vers fantastiques pareils à des noyaux de pêche
dont la queue s’orne d’une couronne
rayonnante de poils et s’étire jusqu’aux
cantons les plus disgraciés de la création.
Qui purgera les mers de leurs bitumes ?

(Jean-Pierre Luminet)

Illustration

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , | 2 Comments »

 
%d blogueurs aiment cette page :