Arbrealettres

Poésie

Archive for 28 décembre 2016

Villanelle d’un vieux papa (Valérie Rouzeau)

Posted by arbrealettres sur 28 décembre 2016



Villanelle d’un vieux papa

J’avais fini mes haricots
L’écuelle sous l’ampoule grillée
J’attendais de vivre bientôt

Mes ancêtres dans leurs sabots
Trépignaient depuis le passé
J’avais fini mes haricots

Et je buvais un noir pinot
A leur mémoire à ma santé
Espérant de vivre bientôt

J’étais le dernier des idiots
Ou le premier si vous voulez
J’avais fini mes haricots

Le front collé sur le carreau
Enfin de ma nuit relevé
J’attendais de vivre bientôt

Ici s’arrête ce lamento
Ou mes enfants vont me siffler
J’avais fini mes haricots
J’attendais de vivre bientôt

(Valérie Rouzeau)

Illustration

 

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , | 1 Comment »

Il pleuvait de la neige noire (Valérie Rouzeau)

Posted by arbrealettres sur 28 décembre 2016



Il pleuvait de la neige noire
et je nageais dedans,
tu avais dû garder
les flocons dans tes poches.

(Valérie Rouzeau)

Illustration

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , | 1 Comment »

Toi mourant (Valérie Rouzeau)

Posted by arbrealettres sur 28 décembre 2016



Toi mourant man au téléphone pernoctera pas voir papa.
Le train foncé sous la pluie dure pas mourir mon père oh steu plaît tends-moi me dépêche d’arriver.
Pas mouranrir désespérir père infinir lever courir –
Main montre l’heure sommes à Vierzon dehors ça tombe des grêlons.
Nous nous loupons ça je l’ignore passant Vierzon que tu es mort en cet horaire.
Pas mourir steu plaît infinir jusqu’au couloir blanc d’infirmières.
Jusqu’à ton lit comme la loco poursuit vite vers Lyon la Part-Dieu.
Jusqu’à ton front c’est terminé tout le monde dans la petite chambre rien oublier.

(Valérie Rouzeau)

Illustration

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , | 8 Comments »

Te parler papa (Valérie Rouzeau)

Posted by arbrealettres sur 28 décembre 2016



Te parler papa j’ai pu te paparler un peu un petit peu paparce que nous n’avions plus tout le temps.
Dehors le monde ses oiseaux blancs comme des avions, le mur du son.
Tes mains sur le drap blanc jaunissaient jaunissaient.
Ils n’ont sûrement pas le droit de voler aussi bas pas pas le droit de voler aussi bas tu disais.
Même même le blanc de tes yeux était jaune nous alors nous sommes tout pardonné.

Ça va quand on demande moi je dis bien surtout s’il y a du monde je prends sur moi très bien.
On ne me voit pas chez l’épicière sangloter sur les pommes de terre.
Ni aux guichets de la poste retarder l’envoi pressé d’un colissimo.
Ça va je dis sans dire et la tête et la tête.
Ça rime à rien ta mort intérieurement pauvre chant.
De timbres je voudrais et de patates un carnet s’il vous plaît, un filet.
Merci beaucoup de monde.

***

Talk to you dad I managed a bit of daddychat a chitter ’cause we didn’t have that much time.
Outside the world its birds as white as planes, the barrier of sound.
Your hands on the white sheet were growing yellow yellow.
Surely they have no right to fly so low no right no fly so low you said.
Even the whites of your eyes were even yellow so we two forgave each other everything.

Okay when people ask I tell them fine especially when there are people round me yes I’m coping fine.
You don’t see me in the grocer’s weeping over the potatoes.
Nor waiting at the PO window when a portant package has to be packed off.
I’m fine it goes I say without saying my head my head.
It makes no sense your dying inwardly poor song.
Some stamps I need and some potatoes please a book, a bag.
Thanks a bundle.

(Valérie Rouzeau)

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | 4 Comments »

J’enlève mon visage de vivante (Valérie Rouzeau)

Posted by arbrealettres sur 28 décembre 2016



J’enlève mon visage de vivante,
pour paraitre plus crédible,
miroir.

(Valérie Rouzeau)

Illustration: Charles Webster Hawthorne

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , | Leave a Comment »

L’autre fois (Valérie Rouzeau)

Posted by arbrealettres sur 28 décembre 2016



L’autre fois j’ai mis mes deux pieds dans tes
grandes bottes vides et ton chien est venu
avec moi.

Ces bottes sont faites pour marcher tu
ne chantes plus ça.

(Valérie Rouzeau)

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , | Leave a Comment »

Papa ça va pas dit comme ça va plus comme ça va pas plus (Valérie Rouzeau)

Posted by arbrealettres sur 28 décembre 2016



Papa ça va pas dit comme ça va plus comme ça va pas plus

Rien qui va sans dire.

Ca va pas sans dire je vais pas comme toi ça va pas papa.

Ca va pas la tête ça va pas le foie ça va pas comme ça.
La tête alouette ça gaze gazouille pas et le coeur des fois hoquette papa.
C’est mal élevé si je met les pieds il faudrait des ailes ça pourrait aller.
Tu me fais marcher.

(Valérie Rouzeau)

Illustration: Eugène Leroy

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , | 1 Comment »

Ton coeur est sous tes mains et toi tout sous les fleurs (Valérie Rouzeau)

Posted by arbrealettres sur 28 décembre 2016



Ton coeur est sous tes mains et toi tout
sous les fleurs.
Tu n’entends plus rien des guêpes
qui s’occupent de piquer les lilas.
Et la pivoine en beaux boutons qui
recommence…

(Valérie Rouzeau)

Illustration

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , | 2 Comments »

Vivement (Valérie Rouzeau)

Posted by arbrealettres sur 28 décembre 2016



Les beaux jours vivement (qu’il disait)

vivement

(Valérie Rouzeau)

Illustration

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , | Leave a Comment »

Epitrochasme (Valérie Rouzeau)

Posted by arbrealettres sur 28 décembre 2016



Epitrochasme*

Bing bang boum boum voici mon cœur
Voici mon cœur tout chaud et ma main froide.

(Valérie Rouzeau)

*(ndla) : épitrochasme : accumulation de mots courts et expressifs.


Illustration: Alexander Sulimov

Posted in poésie | Tagué: , , , , , | Leave a Comment »

 
%d blogueurs aiment cette page :