Arbrealettres

Poésie

L’Art moderne (Jean L’Anselme)

Posted by arbrealettres sur 28 décembre 2016


coup-de-coeur-champetre

Un matin, alors que dans l’aube sereine,
tintinnabulaient les clarines des troupeaux
et que, dans les brouillards naissants,
les feux des lucioles s’éteignaient
dans le parfum des asphodèles,
ma femme, en mettant le lit dehors,
me dit:
c’est fou comme tu transpires quand tu dors!

(Jean L’Anselme)

Illustration

Qu'est-ce que ça vous inspire ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :