Arbrealettres

Poésie

Archive for 9 janvier 2017

Je ne pense pas à toi – je suis trop proche (Elizabeth Browning)

Posted by arbrealettres sur 9 janvier 2017



Je pense à toi! – mes pensées t’enveloppent,
Comme la vigne sauvage, autour d’un arbre,
Etend ses feuilles, et rien n’est plus visible
Sinon le vert épars qui cache le bois.
Pourtant, ô mon palmier, comprends bien que
Mes pensées ne prendront pas ta place, toi
Qui m’es cher, plus cher! A l’instant, plutôt
Renouvelle ta présence. Comme un bel arbre,
Faire bruire tes branches et dénude ton tronc,
Et laisse ces liens de verdure qui t’étreignent
Tomber, lourds, … brisés, éclatés, partout!
Car, dans la joie de te voir, de t’entendre,
De respirer dans ton ombre un air neuf,
Je ne pense pas à toi – je suis trop proche.

***

I THINK of thee! — my thoughts do twine and bud
About thee, as wild vines, about a tree,
Put out broad leaves, and soon there’s nought to see
Except the straggling green which hides the wood.
Yet, O my palm-tree, be it understood
I will not have my thoughts instead of thee
Who art dearer, better! Rather, instantly
Renew thy presence; as a strong tree should,
Rustle thy boughs and set thy trunk all bare,
And let these bands of greenery which insphere thee
Drop heavily down,—burst, shattered, everywhere!
Because, in this deep joy to see and hear thee
And breathe within thy shadow a new air,
I do not think of thee — I am too near thee.

(Elizabeth Browning)

Publicités

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , | 3 Comments »

J’ai cherché en vain (Soren Kierkegaard)

Posted by arbrealettres sur 9 janvier 2017



 

J’ai cherché en vain, dans la mer sans fond des plaisirs
comme dans les profondeurs de la connaissance, une place où jeter l’ancre.
J’ai senti la force presque irrésistible
avec laquelle un plaisir tend la main à l’autre plaisir ;
j’ai senti la sorte de fausse exaltation qu’il peut faire naître ;
j’ai senti aussi l’ennui, le déchirement qui le suit.

J’ai goûté les fruits de l’arbre de la connaissance
et bien souvent, j’ai éprouvé la joie de les déguster.
Mais cette joie était seulement dans l’instant de la connaissance
et ne laissait aucune marque profonde derrière elle.
C’est comme si je n’avais pas bu à la coupe de la sagesse,
mais était tombé dedans.

(Soren Kierkegaard)

 

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , | 4 Comments »

Matins de printemps (Paul Fort)

Posted by arbrealettres sur 9 janvier 2017




Matins de printemps, leur candeur!
– Autrefois, quand j’étais enfant,
j’ai tant caressé la fraîcheur de l’aube
sur mes rideaux blancs.

La porte s’ouvre.
O le bruit frais des pas de maman,
les pieds nus,
quand tout aurore
je m’offrais à ses baisers frais et menus.

Puis elle ouvrait grande la fenêtre.
Je poussais des cris triomphants.

On ne peut toujours être enfant
et ni toujours être poète.

(Paul Fort)


Illustration: Josette Mercier

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , | 2 Comments »

L’étalement de bienveillance (Henri Michaux)

Posted by arbrealettres sur 9 janvier 2017



Souvent il arrive que je me jette en avant
comme la mer sur la plage.
mais je ne sais encore que faire.
Je me jette en avant,
je reviens en arrière,
je me jette à nouveau en avant.
[… ]
J’attends, oppressé,
le déferlement de la vague préparatoire.
Voilà le moment arrivé…
Ca été l’onde de joie,
cette fois,
l’étalement de bienveillance.

(Henri Michaux)

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

L’esprit jeune (Pierre Jean Jouve)

Posted by arbrealettres sur 9 janvier 2017



L’ESPRIT JEUNE
Les arbres quand on les mesure sont bleus de joie
La terre quand on la suit est passionnément rousse
Le ciel quand on le dévisage est rose ou même lilas;
Les graminées plongeant comme la mer
La force appuie sur nous
Les esprits du côté du vent font leur prière
Les cheminées fument dans l’adoration;
La musique de la contemplation saisit les oiseaux
Parce que l’âme est étendue plus haut que l’espace
Et plus haut que les conceptions et que l’Amour.

(Pierre Jean Jouve)

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

J’ai tout chanté (Paul Fort)

Posted by arbrealettres sur 9 janvier 2017



J’ai tout chanté,

j’ai chanté le soleil,
l’ogive de la clarté des cieux dans l’infini,
l’aube ailée de rayons volant de haie en haie,
l’aurore comme une fleur immense sur la forêt,
midi rougissant l’air du reflet de ses fruits,
et la lune berçant le rêve de la nuit,

j’ai tout chanté,
j’ai chanté la lumière des soirs
j’ai chanté l’infini.

Mais ce que j’ai chanté avec le plus de foi,
mais ce que j’ai compris avec le plus de joie,
c’est ton calme,
c’est ton coeur solitaire,
ô forêt!

c’est ton ombre,
ton ombre,
ô ton ombre,
ô forêt!…

(Paul Fort)

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | 3 Comments »

Je voudrais être un pommier sauvage (Attila Jozsef)

Posted by arbrealettres sur 9 janvier 2017



Je voudrais être un sauvage pommier
Et de mon corps volumineux rassasier
Tous les petits enfants chez qui la faim fait rage
Et que je couvrirais d’un amical ombrage.

Viendraient me voir les tendres orphelins.
Leurs pleurs m’arroseraient, libérant leurs chagrins.
Je voudrais être un pommier, oui, sauvage.

Je voudrais être un sauvage pommier
Qui, tout sec, abattu par le père Janvier,
A la fin de son âge
Sécherait de son feu les pleurs des orphelins.

Que sois-je donc, oui, ce pommier sauvage!
Alors, sur cette terre, aux peines, aux chagrins,
Succédera la joie. Alors chaque visage,
Plus jamais assombri par la peur du néant,
Restera souriant.

(Attila Jozsef)

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | 1 Comment »

MON SECRET (Christiane Barrillon)

Posted by arbrealettres sur 9 janvier 2017



MON SECRET

Quand je lève les yeux vers toi, mon amour,
mes genoux tremblent et ma gorge se serre;
mes lèvres sont deux barrières de velours
à retenir mon âme prisonnière…

J’ai un secret qui n’ose voir le jour
mais brille en moi plus fort que la lumière.

C’est un trésor de joies et de tourments :
je voudrais te l’offrir, te dire que je t’aime…
et les mots, rivière de diamants,
tombent dans l’écrin silencieux d’un poème.

Mais quand la nuit vient me fermer les yeux,
hors de prison l’audace me soulève
et je le crie, mon secret merveilleux
Tout est si clair, tout est si simple en rêve…

(Christiane Barrillon)

Illustration: Irina Vitalievna Karkabi

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Le Petit Ane (Madeleine Mouget)

Posted by arbrealettres sur 9 janvier 2017



Sur la route de Catane
Se promène un petit âne
Il agite ses oreilles
Et balance ses corbeilles
Aux flancs gonflés de pastèques
Il a le gosier tout sec
Mais la pluie de ses grelots,
la grêle de ses sabots
L’inondent de joie limpide
Et il rêve au trèfle humide…

(Madeleine Mouget)

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

La question décisive (Armand Monjo)

Posted by arbrealettres sur 9 janvier 2017



Qu’est-ce qui peut tenir
dans une main, plus lourd
qu’un sein de jeune fille
abandonné et confiant
comme la tête d’un petit enfant,
plus mystérieux qu’un regard,
plus frémissant, plus inquiet
qu’un oiseau?
Quand vous aurez trouvé
ce sera le bonheur.

(Armand Monjo)

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , | 4 Comments »

 
%d blogueurs aiment cette page :