Arbrealettres

Poésie

La lampe s’est vidée (Kabîr)

Posted by arbrealettres sur 11 janvier 2017




La lampe s’est vidée, l’huile s’est épuisée,
La guitare s’est tue, le danseur s’est couché,
Le feu s’est éteint et nulle fumée ne s’élève,
L‘âme s’est absorbée dans l’Unique et il n’y a plus de
dualité.

Quand la corde est cassée, la viole ne vibre plus,
Elle s’est perdue et ne sert plus à rien;
C’est en vain qu’on la sermonne et qu’on l’exhorte,
Quand même elle comprendrait: elle ne sait plus chanter!

Dit Kabîr, celui qui a triomphé des cinq sens,
Celui-là n’est pas loin de la Délivrance.

(Kabîr)

Illustration: Rafal Olbinski

Qu'est-ce que ça vous inspire ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :