Arbrealettres

Poésie

LYDÉ (Leconte de Lisle)

Posted by arbrealettres sur 17 janvier 2017



Luis Ricardo Falero  _the_planet_venus-3 [800x600]

LYDÉ

Viens ! c’est le jour d’un Dieu. Puisons avec largesse
Le Cécube clos au cellier.
Fière Lydé, permets au plaisir familier
D’amollir un peu ta sagesse.

L’heure fuit, l’horizon rougit sous le soleil,
Hâte-toi. L’amphore remplie
Sous Bibulus consul, repose ensevelie :
Trouble son antique sommeil.

Je chanterai les flots amers, la verte tresse
Des Néréides ; toi, Lydé,
Sur ta lyre enlacée à ton bras accoudé
Chante Diane chasseresse.

Puis nous dirons Vénus et son char attelé
De cygnes qu’un lien d’or guide,
Los Cyclades, Paphos, et tes rives, ô Gnide !
Puis un hymne au ciel étoilé.

(Leconte de Lisle)

Illustration: Luis Ricardo Falero 

 

 

Qu'est-ce que ça vous inspire ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :