Arbrealettres

Poésie

Le Dit du pauvre vieux (Paul Fort)

Posted by arbrealettres sur 18 janvier 2017



 

Le Dit du pauvre vieux

Quand le froid vient me saisir,
je me mets à réfléchir.

Dans les jours de ma jeunesse,
l’été je fauchais le foin,

l’automne je battais le grain,
l’hiver je chauffais mes mains.

Je n’ai pas dans ma vieillesse,
même un chien qui me caresse

et me chauffe un peu les mains
de sa langue de bon chien.

Décembre, toujours décembre.
Jamais de feu dans la chambre.

Las ! tous les boutons des portes me sont de glace.
Mais qu’importe !

Tous les cœurs me sont de glace.
Alors je passe, je passe…

Si je rentre ou si je sors,
c’est toujours le même sort.

Mes yeux sont tournés vers l’ombre
et dehors je ne rencontre

sur la route que des chagrins,
dans les bois que des tourments

même au souffle du printemps.
Je rentre et, croisant les mains,

je m’assieds, j’attends un brin
que je sente couler mes larmes.

Je chauffe mes mains à mes larmes,
puis tâtant cherche mon pain,

puis le froid me ressaisit.
Je tombe. Je réfléchis.

(Paul Fort)

 

 

Qu'est-ce que ça vous inspire ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :