Arbrealettres

Poésie

Archive for 21 janvier 2017

L’astre rouge (Sôseki)

Posted by arbrealettres sur 21 janvier 2017



L’astre rouge
Plonge dans la mer
Chaleur torride

(Sôseki)

Publicités

Posted in haïku, poésie | Tagué: , , , , | Leave a Comment »

LA CONNAISSANCE DES TEMPS (Axel Toursky)

Posted by arbrealettres sur 21 janvier 2017



 

Aron Wiesenfeld Girl_with_Bike

LA CONNAISSANCE DES TEMPS

Dans cette rue à l’aube
la pauvreté avoue
l’émouvante pâleur
de sa gorge enfantine.

L’entourent ces ruines
de fraîcheur que le jour
hésite à niveler ;
la décorent ces fleurs

que les ruisseaux entraînent
vers la mer. O ma vie,
épargne-moi la honte
d’aimer si lâchement.

*

Le dimanche torride
pèse d’un poids si blanc
sur le présent de l’homme
qu’on en pourrait douter.

Douter que cette foule
ait des raisons de vivre ;
douter que les passantes
cherchent les matelots ;

douter que les romances
aient pour chemin le feu ;
douter qu’il soit midi
pour d’autres que le temps.

*

Un homme que déchirent
le froid, le vent, la pluie ;
que recousent la peur,
la colère, la faim ;

que sa faiblesse étale,
que sa marche replie ;
un passant contredit
par tout ce qu’il approuve ;

un nom sans domicile,
nulle part attendu,
au milieu de la rue
ramasse le destin.

*

N’était-ce ton visage,
souvenir, main qu’au front
le coeur fidèle cloue,
j’aurais peur de ce jour.

En te nommant j’affronte
les brûlantes colonnes
qu’impitoyablement
plante l’été
barbare.

Je t’aime. Je libère
des voix qui ne croyaient
plus à leur étendue :
Christine, ô Jéricho !

[…]

(Axel Toursky)

Illustration: Aron Wiesenfeld

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Suivez partout (Richard Wright)

Posted by arbrealettres sur 21 janvier 2017



 

Suivez partout où
Les branches forment des arches
Au soleil torride.

***

Follow wherever
The tree branches make arches
In the torrid sun.

(Richard Wright)

Illustration: Vincent Van Gogh

 

 

Posted in haïku, poésie | Tagué: , , , , , , , | Leave a Comment »

La mort subreptice (Paule Filianos)

Posted by arbrealettres sur 21 janvier 2017



La mort subreptice
étant venue soudain
ne l’envahissait plus
que la torride absence
d’anciennes absurdes espérances

(Paule Filianos)


Illustration: Jean-Baptiste Greuze

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , | Leave a Comment »

Le lieu (Marcelin Pleynet)

Posted by arbrealettres sur 21 janvier 2017




Le lieu

Pluie
mon visage providentiel

Sur mes châteaux torrides
Sur mes moissons voulues
Sur mes soleils cibles
Sur mes soleils sombres

la parc de silence
où je marche tout seul
où je vais comme un roi

abusé insensible

(Marcelin Pleynet)

Illustration

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Une insurrection de perpétuel (Andrée Chedid)

Posted by arbrealettres sur 21 janvier 2017



une insurrection de perpétuel
hissée torride
grain à grain
à coups d’épiphanie

(Andrée Chedid)

Illustration: Paul Hannaux

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , | Leave a Comment »

Canzone du rossignol multiplié (Paul Fort)

Posted by arbrealettres sur 21 janvier 2017



Canzone du rossignol multiplié

Le rossignol au clair de lune, on le voit,
on ne le voit plus,
le rossignol au clair de lune fond
dans la douceur de son chant.

S’il reparaît on voit les champs s’approcher de l’arbre où il chante,
s’il reparaît on voit les champs, les entend plutôt plus et plus
devenir eux-mêmes des chants, quittant le sol, devenant sols, rés, mis, sols,
gazouillant aux cols bercés de saules, d’aulnes, d’autres

arbres fleuris de rossignols. Ah ! bercés du plus doux des vents
perdant ces feuilles une à une,
des plus doux chants sur plus doux vents
les rossignols du clair de lune.

(Paul Fort)

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Rire derrière moi (Abdellatif Laâbi)

Posted by arbrealettres sur 21 janvier 2017



Rire derrière moi
Rit-on de moi?

(Abdellatif Laâbi)


Illustration

Posted in méditations | Tagué: , , | Leave a Comment »

L’école des Beaux-Arts (Jacques Prévert)

Posted by arbrealettres sur 21 janvier 2017



Dans une boîte de paille tressée
Le père choisit une petite boule de papier
Et il la jette
Dans la cuvette
Devant ses enfants intrigués
Surgit alors
Multicolore
La grande fleur japonaise
Le nénuphar instantané
Et les enfants se taisent
Emerveillés
Jamais plus tard dans leur souvenir
Cette fleur ne pourra se faner
Cette fleur subite
Faite pour eux
A la minute
Devant eux.

(Jacques Prévert)

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , | 2 Comments »

L’HEURE D’INSPIRATION (Jules Lefèvre-Deumier)

Posted by arbrealettres sur 21 janvier 2017



 

L’HEURE D’INSPIRATION

C’est l’heure où, dans les bois, le rossignol, qui veille,
Prodigue de ses chants la plaintive merveille :
Où, de ses rendez-vous égayant les déserts,
L’amour a des aveux, plus doux que ces concerts :
Où les eaux du ruissel, que le vent contrarie,
Font, en se débattant, naître la rêverie.
C’est l’heure, où dans le thym s’appellent les grillons :
Où, comme des esprits, d’inquiets papillons
Viennent voir, aux vitraux qu’enflamment nos lumières,
Si nous parlons des morts, au moins dans nos prières.
C’est l’heure, où sur la mousse, au feu du ver luisant,
Les sylphes font pousser des fraises, en dansant.
Échos capricieux de leurs folles cadences,
Les feux-follets dans l’air se font des confidences :
La fleur pompe du soir la molle humidité :
Le ciel d’étoiles d’or sable l’obscurité,
Et cet or, réfléchi dans une onde courante,
Reproduit le Pactole et sa richesse errante.

Des nuages foncés, qui bordent l’horizon,
La lune, en se levant, disperse la prison :
L’azur bruni des cieux descend sur la verdure :
Une ombre transparente a baigné la nature,
Et d’un charme inconnu l’imprègne, en l’effleurant :
C’est l’heure, où l’on devient poète, en l’admirant.

(Jules Lefèvre-Deumier)

 

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

 
%d blogueurs aiment cette page :