Arbrealettres

Poésie

JOURNÉE D’HIVER (Junzaburô Nishiwaki)

Posted by arbrealettres sur 22 janvier 2017



 

JOURNÉE D’HIVER
FUYU NO HI

En une saison de tempêtes installées
Je marchais au hasard
A l’horizon sans limite du coeur.
Je m’égarai
Vers un village entouré d’une haie d’aubépine.
D’un feu de plein air où un mendiant fait cuire un chien
Des nuages violets s’étirent.
L’homme qui avait chanté le chant des roses à la fin de l’été
Se lamente au naufrage du coeur.
— Une pie ne raconte pas qu’elle a pris un fruit —
C’est dans ce village que je fixe une lampe et me mets à l’étude.
« Étudions comme Milton. »
Murmure un ange à l’allure de recteur d’université.
Mais jusqu’à la floraison dans les buissons de fleurs comme celles des poires
Avec les chasseurs, avec les pêcheurs, j’ai joué aux échecs, pour finir.
Tout ce que j’ai perdu, ce soir même,
Je voudrais le consacrer :
Envers l’homme qui muse autour de la haie au papillon
Envers qui arrive perdu le martin-pêcheur, l’être humain,
Envers la femme illimitée
Pour cette journée d’hiver
Dans une coupe à pied aussi haute qu’une tour
Fruits de la haie et larmes versées.

(Junzaburô Nishiwaki)

 
Illustration: ArbreaPhotos

 

3 Réponses to “JOURNÉE D’HIVER (Junzaburô Nishiwaki)”

  1. Michèle said

    C’est quoi une femme illimitée ? 😲😨

Qu'est-ce que ça vous inspire ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :