Arbrealettres

Poésie

Chardon, ruisselant de chaleur (Paul Auster)

Posted by arbrealettres sur 24 janvier 2017



 

Chardon, ruisselant de chaleur,
et le mot aride
qui te talonne — gueulé
au fond des gisements.
La lumière se déverserait ici.
Elle filtrerait à travers
la branche griffonnée qui a inscrit
au-dessus de nous une telle crainte. Comme si, loin de toi,
j’avais pu le sentir me
traverser, tandis que je marchais
vers le nord à l’intérieur de mon corps.

(Paul Auster)

 

 

Qu'est-ce que ça vous inspire ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :