Arbrealettres

Poésie

Derniers vers (Jean-Claude Demay)

Posted by arbrealettres sur 24 janvier 2017



jean-claude-demay-800x600

Derniers vers

Flamboyantes écumes éparses dans les ourses
La joie me revenait comme un arc-en-ciel
Les nuages pendus au fin fond des forêts
Et les rires fusaient au revers de ma bouche,
Maritimes effluves au ressac des liesses
Très ardents les soleils se heurtaient aux éclipses,
Et les infinis dansaient en mon être éperdu.

Saluant l’autre rive dans les brouillards mystiques
Je pensais à ces terres éternellement désertées
Cependant que soudain la lumière venait
À approcher mon âme oscillant aux abîmes
Et se dressant tout droit à l’horizon des vagues
Comme un vitrail de sang épanoui qu’on écorche
Dans la musique claire des astres dérivant
Qui tournoieraient longtemps avant que d’émerger.

Décembre 2011 (dicté à l’hôpital)

(Jean-Claude Demay)

 

 

Qu'est-ce que ça vous inspire ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :