Arbrealettres

Poésie

DOMESTIQUE (Paul Auster)

Posted by arbrealettres sur 24 janvier 2017



 

wolves painting full

DOMESTIQUE

Quelque chose à naître,
une chose,
par le plus faible de nos bras
portée jusqu’à la douleur.

Je barricade la maison.
Je mets mes pierres
en ordre.

Les loups
descendent vers le sud
tôt cette année, faisant crouler la neige
des montagnes.
Je ne m’arrête pas.
Dès demain, je t’aurai donné
tout.
Tu n’auras rien de plus
à voir.

Quand je marche au-dehors,
je sens le jour
qui enserre mes chevilles.

(Paul Auster)

Illustration

 

Qu'est-ce que ça vous inspire ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :