Arbrealettres

Poésie

À Elle (Jean-Claude Demay)

Posted by arbrealettres sur 25 janvier 2017



À Elle

Pour toi j’inventerai le silence qui parle
Parole se taisant dans l’extinction du dire
Ta voix ressemblera à l’essence d’un râle
Ton souffle sera tel que l’initial soupir

Or ton corps s’unira aux plus pures musiques
Lesquelles ne comprennent en fait aucun son
Tes seins seront pareils aux ombres nostalgiques
Qui ne reflètent pas des ciels les horizons

Et je m’enchanterai à composer − ô nul
Ne peut comprendre enfin leur signification −
Des hymnes provenant des astres qui reculent

Étoiles du néant engendrant les rayons
De ces absents soleils où les riens pullulent
Comme les omégas de la création

Révélant l’infini obscurité du non

(Jean-Claude Demay)

Illustration: Gao Xingjian

 

Qu'est-ce que ça vous inspire ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :