Arbrealettres

Poésie

Alors il touche avec ses doigts timidement son bras (Pascal Quignard)

Posted by arbrealettres sur 26 janvier 2017



Alors il touche avec ses doigts timidement son bras.
Elle glisse sa main dans ses mains.
Elle donne sa main toute fraîche à ses mains.
C’est tout.

Il serre sa main.
Leurs mains deviennent chaudes, puis brûlantes.
Ils ne parlent pas.

(Pascal Quignard)

 

 

Qu'est-ce que ça vous inspire ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :