Arbrealettres

Poésie

Archive for 28 janvier 2017

LES PERSÉCUTIONS DE L’AMOUR (Hippolyte Lucas)

Posted by arbrealettres sur 28 janvier 2017



 

 

LES PERSÉCUTIONS DE L’AMOUR

Tant d’autres, que ton charme enivre,
Amour, implorent ta faveur !
Permets au poète de vivre
En paix, solitaire et rêveur.

Pourquoi du bonheur que je goûte
M’envier les calmes appas?
Qui te ramène sur ma route,
Amour? Je ne te cherchais pas.

Toi qui laisses, après tes fièvres,
Bien plus de larmes dans nos yeux
Que de sourires sur nos lèvres,
Je t’oubliais, j’étais joyeux.

Quels maux ton inconstance coûte !
Tu fais désirer le trépas.
Qui te ramène sur ma route,
Amour? Je ne te cherchais pas.

Va, va soumettre à ton empire
Ceux dont le coeur n’a pas souffert,
La vierge qui brode et soupire,
L’écolier au livre entr’ouvert ;

Leur âme t’appartiendra toute,
Ils suivront ardemment tes pas.
Qui te ramène sur ma route,
Amour? Je ne te cherchais pas!

(Hippolyte Lucas)

Illustration: Charles Frederic Ulrich

 

Publicités

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

La Mort (Hippolyte Lucas)

Posted by arbrealettres sur 28 janvier 2017



 

La Mort

Je sais bien qu’il faut que l’on meure,
Je sais bien que sonne à toute heure
La sombre horloge du trépas.

Oui, je sais bien que tout succombe,
Et que l’on rencontre une tombe
Sur son chemin, à chaque pas.

Quand tout renaît sur cette terre,
Quand les beaux jours sont revenus,
Je vais dans le bois solitaire,
Pensant à ceux qui ne sont plus.

Le soleil darde en vain sa flamme,
Le ciel montre en vain ses trésors :
Tout rayonne, excepté mon âme,
Moins fidèle aux vivants qu’aux morts.

Mais, en voyant briller la rose,
Je dis, par la nature instruit :
« La vie est une fleur éclose,
La mort en est le fruit. »

(Hippolyte Lucas)

 

 

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Pourquoi donc (Hippolyte Lucas)

Posted by arbrealettres sur 28 janvier 2017



 

Pourquoi donc, penché sur ta lyre,
Regretter, comme un vain délire,
Les pleurs qui tombent de tes yeux?
Les pleurs d’un amoureux martyre
Sont comme des gouttes de cire
Pleines d’un ambre précieux.

Tout, autour d’elles, se parfume ;
Elles perdent leur amertume
Sous le feu brûlant qui les fond ;
Et, pour toujours, la poésie
Y met son empreinte choisie,
Son cachet divin et profond !

(Hippolyte Lucas)

Illustration: Latoya Smile

 

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Dès que l’aube verdit (Hippolyte Lucas)

Posted by arbrealettres sur 28 janvier 2017



foret-800x600

Dès que l’aube verdit sous une ardente sève,
Au fond des bois épais je m’assieds et je rêve,

Dans l’ombre enseveli.
Je me dis : « A quoi bon la vengeance et la haine ?
Débris des jours passés, refleurissez sans peine,
Couronnez-vous d’oubli ! »

(Hippolyte Lucas)

 

 

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , | 3 Comments »

VOTRE NOM (Hippolyte Lucas)

Posted by arbrealettres sur 28 janvier 2017



coeur-136851-800x600

VOTRE NOM

Dans mon coeur reste votre nom,
Gravé d’une empreinte si forte
Qu’en dépit de votre abandon
Avec moi toujours je le porte,

(Hippolyte Lucas)

 

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , | Leave a Comment »

De deux coeurs séparés (Hippolyte Lucas)

Posted by arbrealettres sur 28 janvier 2017



 

 

De deux coeurs séparés par une loi fatale
L’amour subtil s’en va comme un parfum s’exhale
D’un flacon qu’on vient de briser ;

Si l’on a peur de voir son essence envolée
Il faut donc qu’elle soit à tout moment scellée
Sur la bouche par un baiser !

(Hippolyte Lucas)

Illustration

 

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

OH ! COMME TU SAVAIS AIMER ! (Hippolyte Lucas)

Posted by arbrealettres sur 28 janvier 2017



laurier-rose-800x600

OH ! COMME TU SAVAIS AIMER !

Te souvient-il du laurier-rose ?
Oh ! comme tu savais aimer !

Ma lèvre était près d’exprimer
Le suc de la fleur fraîche éclose :
Oh! comme tu savais aimer!

« C’est la mort que ta lèvre touche. »
Oh ! comme tu savais aimer !

« La mort ! » et, prompte à t’alarmer,
Tu ravis la fleur sur ma bouche.
Oh! comme tu savais aimer !

J’entends encor ta voix qui tremble :
Oh ! comme tu savais aimer !

« Même tombe doit enfermer,
Disais-tu, nos deux coeurs ensemble. »
Oh ! comme tu savais aimer !

(Hippolyte Lucas)

Illustration: Baiser mortel laurier-rose

 

 

 

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | 2 Comments »

Vous partez (Hippolyte Lucas)

Posted by arbrealettres sur 28 janvier 2017



 

Vous partez,
et tout va mourir…

(Hippolyte Lucas)

Illustration: Edvard Munch

 

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , | Leave a Comment »

Qui ? (Jean-Pierre Siméon)

Posted by arbrealettres sur 28 janvier 2017



Qui décoiffe la mer
avec des mains qu’on ne voit pas?

Qui roule sa chanson
dans la gorge des torrents?

Qui n’est jamais si lourd
que quand un oiseau meurt?

Le vent la pierre et le silence

Qui est ronde comme une joue
et plus lourde que la peine?

Qui habille le monde
quand il se fait bien tard?

Qui souffle chaque soir
la bougie du soleil?

La pierre le silence et le vent?

(Jean-Pierre Siméon)


Illustration

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

L’ombre de l’éléphant (Jean-Pierre Siméon)

Posted by arbrealettres sur 28 janvier 2017




L’ombre de l’éléphant
et l’ombre du coquelicot
ont le même poids.

(Jean-Pierre Siméon)

Illustration

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , | Leave a Comment »

 
%d blogueurs aiment cette page :