Arbrealettres

Poésie

Dès que l’aube verdit (Hippolyte Lucas)

Posted by arbrealettres sur 28 janvier 2017



foret-800x600

Dès que l’aube verdit sous une ardente sève,
Au fond des bois épais je m’assieds et je rêve,

Dans l’ombre enseveli.
Je me dis : « A quoi bon la vengeance et la haine ?
Débris des jours passés, refleurissez sans peine,
Couronnez-vous d’oubli ! »

(Hippolyte Lucas)

 

 

Publicités

3 Réponses to “Dès que l’aube verdit (Hippolyte Lucas)”

  1. Michèle said

    Coucou
    Pas toujours facile à faire

    • arbrealettres said

      c’est sûr… mais regarde et pense à tous ces beaux papillons!

      • Michèle said

        Oui… vive les papillons….
        Merci pour la découverte de cet auteur… j’adooooore. Je crois que tu savais déjà que j’aurai une affection particulière pour ses écrits. Je vais me renseigner sur lui.
        Passe un bon dimanche ☺

Qu'est-ce que ça vous inspire ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :