Arbrealettres

Poésie

La Mort (Hippolyte Lucas)

Posted by arbrealettres sur 28 janvier 2017



 

La Mort

Je sais bien qu’il faut que l’on meure,
Je sais bien que sonne à toute heure
La sombre horloge du trépas.

Oui, je sais bien que tout succombe,
Et que l’on rencontre une tombe
Sur son chemin, à chaque pas.

Quand tout renaît sur cette terre,
Quand les beaux jours sont revenus,
Je vais dans le bois solitaire,
Pensant à ceux qui ne sont plus.

Le soleil darde en vain sa flamme,
Le ciel montre en vain ses trésors :
Tout rayonne, excepté mon âme,
Moins fidèle aux vivants qu’aux morts.

Mais, en voyant briller la rose,
Je dis, par la nature instruit :
« La vie est une fleur éclose,
La mort en est le fruit. »

(Hippolyte Lucas)

 

 

Qu'est-ce que ça vous inspire ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :