Arbrealettres

Poésie

Archive for 30 janvier 2017

Le chant (Antonio Porta)

Posted by arbrealettres sur 30 janvier 2017



Je n’attends rien
j’attends un chant
le chant libéré de l’écriture
libéré de soi-même.
c’est ça que nous cherchons
avec l’art ?

avec la poésie?
le chant?

(Antonio Porta)

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , | 1 Comment »

La mer poursuit le cheval (Edmond Jabès)

Posted by arbrealettres sur 30 janvier 2017



La mer poursuit le cheval
pour lui voler son écume.

(Edmond Jabès)

Posted in poésie | Tagué: , , , , , | 1 Comment »

Dans votre grand silence… (Jules Supervielle)

Posted by arbrealettres sur 30 janvier 2017



 

Dans votre grand silence
Vous avez l’air de dire
Un chant irréparable
Qui part de la montagne
Et gagne au loin la mer.

Une à une les choses
Vont douter de leurs gonds.

Un cœur de l’an dernier ?
Un cœur de l’an prochain
Habite nos poitrines.
Déjà tout se souvient :
Ce nuage, le mont, le paquebot, sa route,
Et ce grand ciel partout
Qui nous lia les mains.

(Jules Supervielle)

Illustration: Alex Alemany

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Les miroirs (Edmond Jabès)

Posted by arbrealettres sur 30 janvier 2017



Le jour multiplie les miroirs.
La nuit les abolit.

(Edmond Jabès)

Posted in poésie | Tagué: , , , , | Leave a Comment »

J’écoute douloureux comme passe une onde les chatoiements des voix et du vent (Hector de Saint-Denys Garneau)

Posted by arbrealettres sur 30 janvier 2017



 

J’écoute douloureux comme passe une onde
Les chatoiements des voix et du vent
Symphonie déjà perdue déjà fondue
En les frissons de l’air qui glisse vers hier
Les yeux le coeur et les mains ouvertes
Mains sous mes yeux ces doigts écartés

Qui n’ont jamais rien retenu
Et qui frémissent
Dans l’épouvante d’être vides

Maintenant mon être en éveil
Est comme déroulé sur une grande étendue
Sans plus de refuge au sein de soi
Contre le mortel frisson des vents

Et mon coeur charnel est ouvert comme une plaie
D’où s’échappe aux torrents du désir
Mon sang distribué aux quatre points cardinaux.

(Hector de Saint-Denys Garneau)

Illustration: Vladimir Ryabchikov

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Quelqu’un écoute (Robert Pinget)

Posted by arbrealettres sur 30 janvier 2017



 

Quelqu’un écoute
D’une oreille si attentive
Qu’on l’entend écouter

(Robert Pinget)

 

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , | Leave a Comment »

Tous mes rouges péchés (Jean de la Ceppède)

Posted by arbrealettres sur 30 janvier 2017




Tous mes rouges péchés (brindelles des abîmes)
Dans les sanglants replis du manteau de ta chair.

(Jean de la Ceppède)

Illustration: Arthur Braginsky

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , | Leave a Comment »

Quelque chose s’attarde ici (Mu Tan)

Posted by arbrealettres sur 30 janvier 2017



Le soleil se couche.
Une brise
effleure la surface des champs
Quelque chose s’attarde ici
vieux comme le temps.
Ce rien qui meut le paysage
m’émeut aussi le cœur;
Il coule vers toi, depuis
l’Origine, puis s’endort.

La force qui donne forme
aux arbres et aux rochers
Va perpétuer mon désir
en cet instant jailli;
Et toute la beauté
née de son passage
M’apprend la manière
de t’aimer, de me transformer.

(Mu Tan)

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Traverses d’un cri l’enclos de mes nuages (Lina Lachgar)

Posted by arbrealettres sur 30 janvier 2017



 

Traverses d’un cri
L’enclos de mes nuages
Le ciel au-dessus et en dessous
De lui
Je crois à la lumière que tu portes

(Lina Lachgar)

 

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , | Leave a Comment »

Tout s’enfle contre moi, tout m’assaille, tout me tente (Jean de Sponde)

Posted by arbrealettres sur 30 janvier 2017




Tout s’enfle contre moi, tout m’assaille, tout me tente,
Et le Monde et la Chair, et l’Ange révolté,
Dont l’onde, dont l’effort, dont le charme inventé
Et m’abîme, Seigneur, et m’ébranle, et m’enchante.

Quelle nef, quel appui, quelle oreille dormante,
Sans péril, sans tomber, et sans être enchanté,
Me donneras-tu ? Ton Temple où vit la Sainteté,
Ton invincible main, et ta voix si constante ?

Et quoi ? Mon Dieu, je sens combattre maintes fois
Encor avec ton Temple, et ta main, et ta voix,
Cet Ange révolté, cette Chair, et ce Monde.

Mais ton Temple pourtant, ta main, ta voix sera
La nef, l’appui, l’oreille, où ce charme perdra,
Où mourra cet effort, où se rompra cette onde.

(Jean de Sponde)

Illustration: Siegfried Zademack

 

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | 2 Comments »

 
%d blogueurs aiment cette page :