Arbrealettres

Poésie

Cueillir la douce fleur (André Chénier)

Posted by arbrealettres sur 31 janvier 2017



Eh ! Qui peut sans mourir s’éloigner d’une amante ?

Dans le premier baiser l’âme entière se noie.

La prière.
Ou l’ordre impérieux, faveur plus douce encore.

Ce mélange incroyable et divin
De raison, de délire,
D’exigence et de soins, d’esclavage et d’empire.

Sur sa lèvre de rose et d’amour parfumée.
Cueillir la douce fleur d’une haleine embaumée

(André Chénier)

 Illustration: Auguste Toulmouche

 

Qu'est-ce que ça vous inspire ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :