Arbrealettres

Poésie

La beauté (Pablo Neruda)

Posted by arbrealettres sur 31 janvier 2017




La beauté, laissons-la danser
avec ses courtisans les plus inacceptables,
entre le plein jour et la nuit:
ne la contraignons pas à avaler
comme un médicament la pilule de vérité.

Et le réel ? Il nous le faut, sans aucun doute,
mais que ce soit pour nous grandir,
pour nous rendre plus vastes, pour nous faire frémi
pour rédiger ce qui pour nous doit être
l’ordre du pain tout autant que l’ordre de l’âme.

Susurrez! tel est mon ordre
aux forêts pures,
qu’elles disent en secret ce qui est leur secret,
et à la vérité : Cesse donc de stagner,
tu te durcis jusqu’au mensonge.
Je ne suis pas recteur, je ne dirige rien,
et voilà pourquoi j’accumule
les erreurs de mon chant.

(Pablo Neruda)


Illustration: Edgar Degas

 

Qu'est-ce que ça vous inspire ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :