Arbrealettres

Poésie

Oui, jusques dans sa robe et le contour de lin (André Chénier)

Posted by arbrealettres sur 31 janvier 2017



Oui, jusques dans sa robe et le contour de lin
Que presse la ceinture au-dessous de son sein,
Sans avoir son aveu, ta bouche pétulante
À cherché la fraîcheur de sa gorge naissante.
Sur les deux ramiers blancs le vautour indompté.
Sur les deux ramiers blancs il s’est précipité,
Les deux oiseaux jumeaux qu’un même nid rassemble.
Qui se cachent tous deux, qui s’élèvent ensemble,
Dont le bec est de rose, et que l’œil plein d’ardeur.
Poursuit, touche de loin, et qui troublent le cœur

(André Chénier)

Illustration: Margarita Sikorskaia

 

Qu'est-ce que ça vous inspire ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :