Arbrealettres

Poésie

Archive for 6 février 2017

L’indicible (Andreï Makine)

Posted by arbrealettres sur 6 février 2017



 

L’indicible ! Il était mystérieusement lié,
je le comprenais maintenant, à l’essentiel.

L’essentiel était indicible.
Incommunicable.

Et tout ce qui, dans ce monde,
me torturait par sa beauté muette,
tout ce qui se passait de la parole
me paraissait essentiel.

L’indicible était essentiel.

Cette équation créa dans ma jeune tête
une sorte de court circuit intellectuel.
Et c’est grâce à sa concision que, cet été,
je tombai sur cette vérité terrible :
 » Les gens parlent car ils ont peur du silence.

Ils parlent machinalement,
à haute voix où chacun à part soi,
ils se grisent de cette bouillie vocale
qui englue tout objet et tout être.

Ils parlent de la pluie et du beau temps,
ils parlent d’argent, d’amour, de rien.
Et ils emploient,
même quand ils parlent de leurs amours sublimes,
des mots cent fois dits,
des phrases usées jusqu’à la trame.
Ils parlent pour parler.

Ils veulent conjurer le silence… »

(Andreï Makine)

Découvert ici: https://direcestfaire.wordpress.com/

 

 

Posted in méditations | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | 4 Comments »

Le poème (Edmond Jabès)

Posted by arbrealettres sur 6 février 2017



Le poème charrie des mots inconnus,
des images.
Effrayé,
le poète consolide les rives,
construit les digues.

(Edmond Jabès)

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , | 2 Comments »

L’aurore (Edmond Jabès)

Posted by arbrealettres sur 6 février 2017



L’aurore effeuille en secret
les pétales des dernières lampes

(Edmond Jabès)

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , | 7 Comments »

Fière marguerite (Edmond Jabès)

Posted by arbrealettres sur 6 février 2017



Fière marguerite
carrefour des sens
capitale effeuillée
un os dans ton jardin
un mot pour un autre
départs retours
Au centre le gouffre
l’appel veuf du vide

(Edmond Jabès)

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

L’ombre dans le désert (Edmond Jabès)

Posted by arbrealettres sur 6 février 2017



L’ombre dans le désert
est synonyme de vie.

(Edmond Jabès)

Posted in poésie | Tagué: , , , , | 3 Comments »

Être le four de la main (Edmond Jabès)

Posted by arbrealettres sur 6 février 2017




Être le four de la main
en être le pain

(Edmond Jabès)

Illustration: Auguste Rodin

Posted in poésie | Tagué: , , , | 2 Comments »

Hélianthe (Edmond Jabès)

Posted by arbrealettres sur 6 février 2017



Sa beauté est dans la rime
Fille des orgies de l’œil Elle
brûle et ramifie Sa foi
embrase le ciel

(Edmond Jabès)

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Nénufar (Edmond Jabès)

Posted by arbrealettres sur 6 février 2017



Les miroirs la disputent aux
rives de limon Elle éprouve à
voguer l’émoi des astres d’eau

(Edmond Jabès)

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , | Leave a Comment »

L’amour, m’amour, m’a fui (Georges Schehadé)

Posted by arbrealettres sur 6 février 2017



 

Siegfried Zademack -   - (38)

L’amour, m’amour, m’a fui
En barque de soie
Un jour, quel jour ? la nuit !
Et mon rêve aboie.

(Georges Schehadé)

Illustration: Siegfried Zademack

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , | Leave a Comment »

J’entends courir la nuit (Eugénio de Andrade)

Posted by arbrealettres sur 6 février 2017



toshiyuki-enoki-homme-endormi-chat-800x600

J’entends courir la nuit

J’entends courir la nuit par les sillons
Du visage – on dirait qu’elle m’appelle,
Que soudain elle me caresse,
Moi, qui ne sais même pas encore
Comment assembler les syllabes du silence
Et sur elles m’endormir.

(Eugénio de Andrade)

 Illustration: Toshiyuki Enoki

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

 
%d blogueurs aiment cette page :