Arbrealettres

Poésie

Jusqu’à l’ivresse (Henri-Frédéric Blanc)

Posted by arbrealettres sur 7 février 2017



Le champ fraîchement labouré ressemble à
un gâteau au chocolat.
Le chat se roule et se roule dans la tendresse
de la terre – jusqu’à l’ivresse.

(Henri-Frédéric Blanc)

4 Réponses vers “Jusqu’à l’ivresse (Henri-Frédéric Blanc)”

  1. Mireille Gaglio said

    La terre fraîchement travaillée a une odeur agréable que les animaux apprécient. Comme ton chat, ils aiment se rouler dedans et en éprouvent une certaine ivresse… Peut-être devrions-nous faire de même!??

  2. Luciole said

    🙂 🙂

  3. arbrealettres said

    j’aime bien quand les chats se laissent aller au soleil dans le jardin
    on dirait qu’ils remercient la terre, la vie, de tant de tendresse

Qu'est-ce que ça vous inspire ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :