Arbrealettres

Poésie

Archive for 8 février 2017

Est-ce encor moi malgré son visage en allé (Jules Supervielle)

Posted by arbrealettres sur 8 février 2017



Est-ce encor moi malgré
Son visage en allé
Et ses jambes qui fuient
Dans la soie de la nuit
Et mon coeur sans raison
Près des volets fermés
Et ce grand mouvement
Au fond de la maison
Et ce qu’elle a pris
Dans ces sombres bagages?

Ce qu’elle a négligé.

(Jules Supervielle)

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Si nul ne pense à moi je cesse d’exister (Jules Supervielle)

Posted by arbrealettres sur 8 février 2017



Mais l’étoile se dit:

« Je tremble au bout d’un fil.
Si nul ne pense à moi
je cesse d’exister »

(Jules Supervielle)

Posted in poésie | Tagué: , , , , , | 6 Comments »

La pauvre Marie (Jules Supervielle)

Posted by arbrealettres sur 8 février 2017



Elle n’est plus que du silence
Tremblant à la pointe d’un cil,
Son être tient dans une larme
Et voudrait que cela suffit.

Comprenez-vous qui je désigne
Et je redoute de nommer ?

Je pense à la pauvre Marie
Sans corps maintenant et sans yeux
Réduite à ce point lumineux
Derrière quelles jalousies

De bois peint ni de fer non plus,
Mais de ciel pur, de modestie.

(Jules Supervielle)


Illustration: Fanny Verne

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Reste immobile (Jules Supervielle)

Posted by arbrealettres sur 8 février 2017



Ne tourne pas la tête, un miracle est derrière
Qui guette et te voudrait de lui-même altéré:
Cette douceur pourrait outrepasser la Terre
Mais préfère être là, comme un rêve en arrêt.

Reste immobile, et sache attendre que ton coeur
Se détache de toi comme une lourde pierre.

(Jules Supervielle)


Illustration: Fanny Verne

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Naufrage (Jules Supervielle)

Posted by arbrealettres sur 8 février 2017



Une table tout près, une lampe très loin
Qui dans l’air irrité ne peuvent se rejoindre,
Et jusqu’à l’horizon une plage déserte.
Un homme à la mer lève un bras, crie: « Au secours!
Et l’écho lui répond: « Qu’entendez-vous par là? »

(Jules Supervielle)


Illustration

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , | 4 Comments »

Les suiveurs (Jules Supervielle)

Posted by arbrealettres sur 8 février 2017



La chèvre suit le cheval
Et le chien-loup suit la chèvre.
Le poète dans son ombre
Porte chèvre, chien, cheval
Et deux ou trois animaux
Qui n’ont pas encor de nom
Attendant pour prendre corps
Que souffle un vent favorable.

(Jules Supervielle)

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , | 7 Comments »

Il vous naît un oiseau (Jules Supervielle)

Posted by arbrealettres sur 8 février 2017



Il vous naît un oiseau dans la force de l’âge,
En plein vol, et cachant votre histoire en son coeur
Puisqu’il n’a que son cri d’oiseau pour la montrer.
Il vole sur les bois, se choisit une branche
Et s’y pose, on dirait qu’elle est comme les autres.

(Jules Supervielle)

Illustration

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , | 2 Comments »

Il faut savoir être un arbre (Jules Supervielle)

Posted by arbrealettres sur 8 février 2017



Il faut savoir être un arbre durant les quatre saisons,
Et regarder, pour mieux se taire,
Ecouter les paroles des hommes et ne jamais répondre,
Il faut savoir être tout entier dans une feuille
Et la voir qui s’envole.

(Jules Supervielle)

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , | 2 Comments »

Mouvement (Jules Supervielle)

Posted by arbrealettres sur 8 février 2017



 

Mouvement

Ce cheval qui tourna la tête
Vit ce que nul n’a jamais vu
Puis il continua de paître
A l’ombre des eucalyptus.

Ce n’était ni homme ni arbre
Ce n’était pas une jument
Ni même un souvenir de vent
Qui s’exerçait sur du feuillage.

C’était ce qu’un autre cheval,
Vingt mille siècles avant lui,
Ayant soudain tourné la tête
Aperçut à cette heure-ci.

Et ce que nul ne reverra,
Homme, cheval, poisson, insecte,
Jusqu’à ce que le sol ne soit
Que le reste d’une statue
Sans bras, sans jambes et sans tête.

(Jules Supervielle)

Illustration

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | 1 Comment »

L’appel (Jules Supervielle)

Posted by arbrealettres sur 8 février 2017



Les dames en noir prirent leur violon
Afin de jouer, le dos au miroir.

Le vent s’effaçait comme aux meilleurs jours
Pour mieux écouter l’obscure musique.

Mais presque aussitôt pris d’un grand oubli
Le violon se tut dans les bras des femmes

Comme un enfant nu qui s’est endormi
Au milieu des arbres.

Rien ne semblait plus devoir animer
L’immobile archet, le violon de marbre,

Et ce fut alors qu’au fond du sommeil
Quelqu’un me souffla: «Vous seul le pourriez,
Venez tout de suite.»

(Jules Supervielle)


Illustration:
Benjamin Walter

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , | 2 Comments »

 
%d blogueurs aiment cette page :