Arbrealettres

Poésie

L’appel (Jules Supervielle)

Posted by arbrealettres sur 8 février 2017



Les dames en noir prirent leur violon
Afin de jouer, le dos au miroir.

Le vent s’effaçait comme aux meilleurs jours
Pour mieux écouter l’obscure musique.

Mais presque aussitôt pris d’un grand oubli
Le violon se tut dans les bras des femmes

Comme un enfant nu qui s’est endormi
Au milieu des arbres.

Rien ne semblait plus devoir animer
L’immobile archet, le violon de marbre,

Et ce fut alors qu’au fond du sommeil
Quelqu’un me souffla: «Vous seul le pourriez,
Venez tout de suite.»

(Jules Supervielle)


Illustration:
Benjamin Walter

2 Réponses to “L’appel (Jules Supervielle)”

  1. Lara said

    comme un conte ..tout ce symbolisme de la Belle au Bois Dormant ..(?)

Qu'est-ce que ça vous inspire ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :