Arbrealettres

Poésie

Gaspard Hauser chante (Verlaine)

Posted by arbrealettres sur 9 février 2017



Je suis venu, calme orphelin
Riche de mes seuls yeux tranquilles,
Vers les hommes des grandes villes:
Ils ne m’ont pas trouvé malin.

A vingt ans un trouble nouveau,
Sous le nom d’amoureuses flammes,
M’a fait trouver belles les femmes:
Elles ne m’ont pas trouvé beau.

Bien que sans patrie et sans roi
Et très brave ne l’étant guère,
J’ai voulu mourir à la guerre:
La mort n’a pas voulu de moi.

Suis-je né trop tôt ou trop tard?
Qu’est-ce que je fais en ce monde?
Ô vous tous, ma peine est profonde:
Priez pour le pauvre Gaspard.

(Verlaine)

Une Réponse vers “Gaspard Hauser chante (Verlaine)”

  1. Je suis né d’un vert pangolin
    Et d’une chatte aux yeux tranquilles ;
    J’irai draguer la reine en ville,
    Car je ne suis pas très malin.

    Nos enfants, des pigeons nouveaux
    Gambaderont parmi les flammes
    Et trouveront belles les femmes
    Qui ne vont pas les trouver beaux.

    Ils seront battus par le roi,
    Chose qu’ils n’apprécieront guère,
    Mais ils n’iront pas à la guerre,
    S’ils y vont ce sera sans moi.

    Cochonfucius va tôt ou tard
    M’expliquer la loi de ce monde.
    Ô vous tous, ma peine est profonde
    Comme les poches d’un falzar.

Qu'est-ce que ça vous inspire ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :