Arbrealettres

Poésie

La huche à pain (Luc Bérimont)

Posted by arbrealettres sur 11 février 2017



huche-a-pain-l

La huche à pain

Je ne suis pas d’ici, je partirai demain
Je laisserai les bois éblouis par l’aurore
La Loire qui mangeait dans le creux de ma main
Le sang blessé des fruits sur les bols de faïence.

Je ne suis pas d’ici. Je laisserai la terre
Charbonner comme un coeur usé par son trésor ;
Je n’écouterai plus le cri des taureaux vers
Le vent d’aube, éveillé par le voix des fermières.

Je ne suis pas d’ici, je suis déjà parti
Je sommeille à pleins yeux le pays des prairies
Les perdreaux dépliées dans la chaleur de juin
Les chevaux de l’été, le foin sucré des pluies
Le goût du feu de bois qui me gante les mains

(Luc Bérimont)

 

 

Qu'est-ce que ça vous inspire ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :