Arbrealettres

Poésie

N’est-ce pas, mon amour, que la nuit est bien lente (Victor Hugo)

Posted by arbrealettres sur 15 février 2017



N’est-ce pas, mon amour, que la nuit est bien lente
Quand on est au lit seule et qu’on ne peut dormir ?
On entend palpiter la pendule tremblante,
Et dehors les clochers d’heure en heure gémir.
L’esprit flotte éveillé dans les rêves sans nombre.
On n’a pas, dans cette ombre où manque tout soleil,
Le sommeil pour vous faire oublier la nuit sombre,
Ni l’amour pour vous faire oublier le sommeil.

(Victor Hugo)

Illustration

 

Qu'est-ce que ça vous inspire ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :