Arbrealettres

Poésie

L’été s’éternisait (Georges Bonnet)

Posted by arbrealettres sur 16 février 2017



L’été s’éternisait
dans la lumière inépuisable des clairières
aux mares noires desséchées
La vaine véhémence de ses buissons
Le feuillage doré de ses renoncements
faits de lenteur et de bercements

(Georges Bonnet)

 

 

Qu'est-ce que ça vous inspire ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :