Arbrealettres

Poésie

LE VERTIGE (Marcel Béalu)

Posted by arbrealettres sur 17 février 2017



LE VERTIGE

Jeune femme si je n’ose
A ton oreille ourlée
Le propos trop osé
Qui n’offusque pas la rose.

L’intimité de ton corps
Chaque fois devient miracle
Et plus elle se fait rare
Mieux j’en goûte le vertige

Dans cet éblouissement
Où sombre tout mon passé
S’unit à l’amour unique
Comme un goût de mort joyeuse.

(Marcel Béalu)

Illustration: Marc Chagall

 

Qu'est-ce que ça vous inspire ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :