Arbrealettres

Poésie

Tes jeunes seins brillaient sous la lune (Jacques Prévert)

Posted by arbrealettres sur 17 février 2017



Tes jeunes seins brillaient sous la lune
Mais il a jeté
Le caillou glacé
La froide pierre de la jalousie
Sur le reflet
De ta beauté
Qui dansait nue sur la rivière
Dans la splendeur de l’été.

(Jacques Prévert)


Illustration

3 Réponses vers “Tes jeunes seins brillaient sous la lune (Jacques Prévert)”

  1. Jacques suit un cours d’eau que la lune illumine ;
    Il aperçoit les seins de sa jolie voisine
    Qui prenait là son bain, vers l’heure de minuit.

    Un noir caillou fait «Plouf» à quatre pas de lui.
    «Quel crétin, ce voisin», pense alors le poète,
    Puis il brode, à partir de ce geste un peu bête,

    Un poème rempli de charme et de fraîcheur :
    J’aime mieux ce Prévert qu’un austère prêcheur.

  2. […] Source : Tes jeunes seins brillaient sous la lune (Jacques Prévert) […]

Qu'est-ce que ça vous inspire ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :