Arbrealettres

Poésie

Tes jeunes seins brillaient sous la lune (Jacques Prévert)

Posted by arbrealettres sur 17 février 2017



Tes jeunes seins brillaient sous la lune
Mais il a jeté
Le caillou glacé
La froide pierre de la jalousie
Sur le reflet
De ta beauté
Qui dansait nue sur la rivière
Dans la splendeur de l’été.

(Jacques Prévert)


Illustration

Advertisements

3 Réponses to “Tes jeunes seins brillaient sous la lune (Jacques Prévert)”

  1. Jacques suit un cours d’eau que la lune illumine ;
    Il aperçoit les seins de sa jolie voisine
    Qui prenait là son bain, vers l’heure de minuit.

    Un noir caillou fait «Plouf» à quatre pas de lui.
    «Quel crétin, ce voisin», pense alors le poète,
    Puis il brode, à partir de ce geste un peu bête,

    Un poème rempli de charme et de fraîcheur :
    J’aime mieux ce Prévert qu’un austère prêcheur.

  2. […] Source : Tes jeunes seins brillaient sous la lune (Jacques Prévert) […]

Qu'est-ce que ça vous inspire ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :