Arbrealettres

Poésie

L’hiver venait à peine de mourir (Georges Bonnet)

Posted by arbrealettres sur 21 février 2017



 

L’hiver venait à peine de mourir
et tout était offert
de ce qu’on appelle la terre et le ciel
la mer et ses cantiques
ce qui n’est à personne
un peuple de graminées
à l’ancre d’un rocher
l’air cru l’effervescence
la lune sur les prés
dans un autre silence

(Georges Bonnet)

 Illustration

 

Qu'est-ce que ça vous inspire ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :