Arbrealettres

Poésie

Archive for 3 mars 2017

Aurai-je assez de musique en moi (Emil Cioran)

Posted by arbrealettres sur 3 mars 2017



 

Aurai-je assez de musique en moi
pour ne jamais disparaître ?
Il est des adagios après lesquels
on ne peut plus pourrir.

(Emil Cioran)

Illustration: Viviane-Josée Restieau

 

 

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , | Leave a Comment »

Quand donc finira ce drame (Fernando Pessoa)

Posted by arbrealettres sur 3 mars 2017



 

Quand donc finira ce drame sans théâtre,
Ou ce théâtre sans drame ;
Quand rentrerai-je à la maison ?
Où ? Comment ? Quand ?

(Fernando Pessoa)

Illustration: Olivier Valsecchi

 

Posted in méditations | Tagué: , , , , , , , , | Leave a Comment »

Je n’existe (Fernando Pessoa)

Posted by arbrealettres sur 3 mars 2017



 

Je n’existe
que déguisé.

(Fernando Pessoa)

 

 

Posted in méditations | Tagué: , , | Leave a Comment »

Je suis cet intervalle (Fernando Pessoa)

Posted by arbrealettres sur 3 mars 2017



Je suis cet intervalle
entre moi et moi-même.

(Fernando Pessoa)

Illustration: Tamara Lunginovic

 

Posted in méditations | Tagué: , , , | Leave a Comment »

Faisons un pas vers le sublime (James Brander Matthews)

Posted by arbrealettres sur 3 mars 2017



Faisons un pas vers le sublime
et voyons comment une femme
décrit ses sensations lors de son
premier baiser : je me sentis
comme une cuve de beurre
nageant dans du miel, de l’eau
de Cologne, de la noix de
muscade, des canneberges, et
comme si quelque chose circulait
dans mes nerfs, ayant pour base
des diamants, escortée de plusieurs
petits cupidons dans des chariots
tirés par des anges et ombragés de
chèvrefeuille, le tout recouvert
d’arcs-en-ciel fondants.

(James Brander Matthews)

Illustration: Carolus Duran

 

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Si tu revenais (Jacques Brel)

Posted by arbrealettres sur 3 mars 2017



 

Si tu revenais

Mais si tu revenais, comme revient l’été,
Comme ça, simplement,
Sans même l’appeler… mon amie.

Mais si tu revenais, comme revient l’été,
Comme ça, simplement,
Sans même l’espérer… mon amie.

Ne pourrais que chanter les chansons qu’autres fois
Tout ébloui d’amour, nous chantâmes à deux,
Ne pourrais que te dire, tous les mots qui parfois
Font d’un couple d’amant un sourire des dieux.

Et fou de ce cadeau que serait ton retour,
J’embrasserai ma vie en embrassant ton corps,
J’embrasserai ma vie et ma vie, à son tour,
Embrasserait ta vie pour qu’on l’embrasse encore.

Oui, oui si tu revenais comme revient l’été
Comme ça, simplement,
Sans même l’appeler… mon amie.

Oui, oui si tu revenais, comme revient l’été
Comme ça, simplement,
Sans même l’espérer.. pour la vie.

(Jacques Brel)

Illustration

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Les yeux fermés elle embrasse (Marguerite Duras)

Posted by arbrealettres sur 3 mars 2017



baiser-n-800x600

Les yeux fermés elle embrasse.
Les mains, elle les prend,
les pose contre son visage.

Ses mains, du voyage.
Elle les prend
et elle les pose
sur son corps à elle.

Et alors, il bouge,
il la prend dans ses bras.

(Marguerite Duras)

 

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , | 1 Comment »

Je pensais : Il est trop vieux (Missy Thorneburgh)

Posted by arbrealettres sur 3 mars 2017



baiser-3

Je pensais : Il est trop vieux,
il a trop d’enfants,
et cela ne m’intéresse pas
… (puis) il m’embrassa la nuque.

Cela m’électrisa intérieurement
et je lançai : « Oh, vas-y! ».

(Missy Thorneburgh)

 Illustration

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , | Leave a Comment »

Dieux ! que ta bouche est parfumée ! (Antoine Bertin)

Posted by arbrealettres sur 3 mars 2017



Dieux ! que ta bouche est parfumée !
Donne-moi donc vite un baiser.
Encore un, ô ma bien-aimée :
feu dévorant je me sens embraser !

(Antoine Bertin)

 

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Une seule caresse donne cette sensation profonde (Guy de Maupassant)

Posted by arbrealettres sur 3 mars 2017



 

 

Une seule caresse donne cette sensation profonde, immatérielle
des deux êtres ne faisant plus qu’un, c’est le baiser.

Tout le délire violent de la complète possession
ne vaut cette frémissante approche des bouches,
ce premier contact humide et frais,
puis cette attache immobile,
éperdue et longue,
si longue !
de l’une l’autre.

(Guy de Maupassant)


Illustration: Auguste Rodin

 

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | 8 Comments »

 
%d blogueurs aiment cette page :