Arbrealettres

Poésie

Tambour d’étonnements (Mario Quintana)

Posted by arbrealettres sur 12 mars 2017



 

Julia Perret    -tenir-la-lumiere

Tambour d’étonnements

Tes poèmes, ne les date jamais…
un poème n’appartient au temps…
Puisque dans son pays étrange,
s’il y a une heure, c’est toujours l’heure extrême
Quand l’ange Azraël nous étale à la soiffarde
lèvre le calice inextinguible…

Un poème cela existe pour toujours, poète:
Ce que tu écris aujourd’hui c’est bien le même poème
Que celui que tu as écrit dans ta jeunesse,
Et c’est aussi le même que
bien après ton dernier départ,
Quelqu’un lira à voix basse en s’émouvant
À le faire vivre à nouveau…

(Mario Quintana)

Illustration: Julia Perret

 

 

2 Réponses to “Tambour d’étonnements (Mario Quintana)”

  1. « Quelqu’un lisera » ? Ce ne serait pas plutôt « quelqu’un lira » ?

    La poésie est intemporelle … c’est une idée simple mais ce poème est très beau !

    • arbrealettres said

      au pluriel : liserons !! lol 😉
      merci :-):-):-):-)
      oui il y a des poèmes qui restent au Présent :-):-):-)
      merci de passer 🙂

Qu'est-ce que ça vous inspire ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :