Arbrealettres

Poésie

Etale (Lawrence Sail)

Posted by arbrealettres sur 13 mars 2017



Après les longs etcetera de la marée montante,
avant que les vagues ne s’entrechoquent à travers les jointures de la plage,
la mer en jachère est aussi immobile que le filet de lait
que la laitière de Vermeer verse lentement et pour toujours
d’un pichet vers un bol peu profond.

Les bateaux de pêche hissés en haut de la grève pour l’hiver
sont gauchement étendus, la poupe vers l’horizon d’acier,
échoués dans l’acoustique humide d’une amnistie
déclarée entre le passé et l’avenir, où toutes les tempêtes
s’approchent comme un tonnerre assourdi.

Une sorte de calme – mais déroutant, comme le regard
serein de la madone enceinte de Piero, dont la main
qui repose sur le ventre doit déjà sentir, au-delà
de ses eaux intactes, les mouvements d’un dieu mortel,
le lieu dur du crâne.

(Lawrence Sail)

2 Réponses to “Etale (Lawrence Sail)”

  1. filamots said

    Aussi beau que le précédent. J’ai été chercher sur la toile. Est-ce le Laurent Voile poète anglais ? J’en aime beaucoup l’écriture. J’aime le clin d’oeil à Vermeer et sa laitière.

  2. arbrealettres said

    Oups! Désolé je pensais pourtant avoir répondu!
    Non désolé je ne sais pas du tout
    Tu as bien fait de me relancer!!
    Bonne journée Gene! (-:

Qu'est-ce que ça vous inspire ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :