Arbrealettres

Poésie

Caché dans les cultures du monde (Tomás Segovia)

Posted by arbrealettres sur 15 mars 2017




Caché dans les cultures du monde
cultiver comme le jardin de son jardin
un nid d’épaisseur
Plonger dans le ventre du dit
jusqu’à s’enfoncer dans la chaleur obscure
qui est ventre de ce ventre
Durer là où le langage
n’est pas un son mais une fièvre

****

Toute agonie est stérile
Si tu ne peux la voir
Et si tu savais comme elle me détruit
Tandis que perdu je sens
Que l’âme toute entière est de trop

Regard stupéfait sans pouvoir surmonter
Cette douleur que je ne te dois pas

(Tomás Segovia)

Illustration: Elena Oleinik

 

 

Qu'est-ce que ça vous inspire ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :